Lauréates de 1992

Sandra Lovelace Sappier
Perth (Nouveau-Brunswick)

Indienne Malaseet, Sandra Lovelace Sappier est l'une des fers de lance dans la lutte pour assurer l'égalité des droits des femmes autochtones au Canada. Contestant les dispositions discriminatoires de Loi sur les Indiens qui privaient les femmes autochtones de leur statut lorsqu'elles épousaient un non-Indien, elle a contribué à porter la situation à l'attention du Comité des droits de l'homme des Nations Unies et elle a travaillé à l'adoption, en 1985, des mesures législatives rétablissant les droits des Indiennes au Canada.

Doreen Orman
Calgary (Alberta)

L'oeuvre de Doreen Orman démontre que les femmes peuvent susciter des changements sociaux d'envergure par leur leadership dans les organismes bénévoles aux niveaux communautaire, national et international. Occupant des postes de haute direction à l'intérieur de la YWCA et du Conseil canadien pour la coopération internationale, elle a instauré des programmes visant à améliorer la qualité de vie des femmes défavorisées et de leurs enfants au Canada et dans les pays en développement.

Dorothy Reitman
Montréal (Québec)

Tout au long d'une carrière de bénévole s'étendant sur quatre décennies, Dorothy Reitman s'est portée à la défense de l'égalité des femmes et a ouvert la voie à leur prise de pouvoir. En plus d'avoir instauré des programmes pour promouvoir le progrès personnel des femmes à l'échelle communautaire, elle a encouragé l'engagement politique des femmes comme moyen de susciter le changement social. Elle a contribué à la création d'une coalition des dirigeantes des groupes féminins de Montréal pour favoriser le dialogue et la confiance entre les femmes de cultures différentes au Québec, et elle fut la première femme nommée à la présidence du Congrès juif canadien.

Shirley M. Robinson
Gloucester (Ontario)

Lieutenant-colonel à la retraite, Shirley Robinson a consacré une grande partie de sa vie à élargir et à enrichir le rôle et les débouchés offerts aux femmes dans les Forces armées canadiennes. Pendant ses 30 années de carrière militaire, elle a oeuvré avec dynamisme en faveur de l'égalité des femmes au niveau de l'emploi et des conditions de travail dans le service militaire. Maintenant à la retraite, elle poursuit ses efforts en faveur de l'égalité des femmes en tant que co-fondatrice de l'Association pour l'équité à l'égard des femmes dans les Forces armées canadiennes.

Shelagh Wilkinson
Toronto (Ontario)

Universitaire, enseignante et activiste communautaire, la professeure Shelagh Wilkinson a joué un rôle particulièrement important dans la féminisation des pratiques institutionnelles et communautaires du système d'enseignement. Membre fondateur du programme d'études féminines de l'Université York et directrice fondatrice du Centre for Feminist Research de cet endroit, elle a conçu et mis en oeuvre le Bridging Program du collège Atkinson, à l'Université York, grâce auquel des centaines de femmes défavorisées ont pu avoir accès aux études universitaires. Elle continue de mettre en lumière des questions touchant les femmes en tant que rédactrice en chef de la revue universitaire nationale Les cahiers de la femme/Canadian Women's Studies, publication qu'elle a fondée en 1978.

Date de modification :