Lauréates de 2002

Margaret-Ann Armour
Edmonton (Alberta)

Depuis plus de vingt ans, Margaret-Ann Armour, par ses activités de mentorat et son leadership, encourage des jeunes femmes et filles à entreprendre des carrières dans des domaines non traditionnels comme les sciences et le génie. En tant que directrice adjointe du département de chimie à l'Université de l'Alberta, elle est un excellent modèle pour les femmes qui s'intéressent aux sciences. Par son important leadership et ses efforts incessants dans le cadre du programme Women in Scholarship, Engineering, Science and Technology (WISEST) et du programme Women in Science and Engineering (UAY) de l'Université de l'Alberta, Margaret-Ann Armour s'efforce de créer un milieu sûr et encourageant afin de permettre aux jeunes femmes de poursuivre leurs études et de croire en leurs rêves. Margaret-Ann Armour a reçu, l'an dernier, le prix Sarah Shorten de l'Association canadienne des professeures et professeurs d'université en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle à l'avancement des femmes dans les universités canadiennes.

Françoise David
Montréal (Québec)

Dès ses débuts comme organisatrice communautaire et agente d'information, Françoise David travaille dans des quartiers populaires de Montréal, surtout avec des femmes. En tant qu'ancienne présidente de la Fédération des femmes du Québec, poste qu'elle a occupé de 1994 à 2001, elle s'est assurée que les questions qui intéressent les femmes, particulièrement celles liées à la pauvreté des femmes et à la violence à leur endroit, soient et demeurent à l'avant-scène, tant au Québec que dans l'ensemble du Canada. Deux de ses réussites les plus importantes et les plus connues ont sans doute été la Marche des femmes contre la pauvreté, en 1995, et la Marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence, en 2000. En 1995, plus de 800 femmes ont marché au Québec pendant dix jours. Les principaux gains ont été la hausse du salaire minimum, des logements sociaux avec soutien communautaire et la limitation du temps de parrainage à 3 ans pour toutes les femmes immigrantes parrainées du Québec. Cinq ans plus tard, la Fédération des femmes du Québec organisait une Marche mondiale des femmes à laquelle elle a mobilisé 6000 groupes dans 160 pays du monde. Cette détermination fait de Françoise David une chef de file exceptionnelle et un modèle pour toutes les femmes.

Michele Landsberg
Toronto (Ontario)

Passion, intrépidité et détermination sont des qualificatifs utilisés pour décrire Michele Landsberg en tant qu'écrivaine, conférencière et personne. Ce sont ces qualités, alliées à sa capacité de faire ressortir la dimension humaine dans ses récits et chroniques, qui font d'elle une voix forte qui se porte à la défense des femmes et des enfants, qu'elle disserte sur le système de soins de santé, la violence à l'endroit des femmes, les droits de la personne ou sur la cruelle réalité des femmes dans le monde. Michele Landsberg ne dénonce pas uniquement ces enjeux dans ses écrits. En public, Michele Landsberg n'hésite jamais à dire la vérité aux gens de pouvoir et travaille inlassablement en coulisse avec la même bonne humeur, la même clarté et le même engagement que l'on retrouve dans son écriture. Elle fait du bénévolat en tant que conseillère et militante dans le cadre d'initiatives féministes, de lutte contre la pauvreté et de justice sociale. Malgré les nombreux honneurs qui lui ont été décernés, dont la mention Femme de distinction du YWCA, un prix d'évaluation?médias et deux prix du Concours canadien de journalisme, Michele Landsberg ne compte pas renoncer à son écriture alors qu'il y a encore tant à faire dans la lutte pour la justice. Mariée à Stephen Lewis, elle est une mère, une grand?mère, une adepte du jardinage et l'auteure de trois best-sellers.

Elisapie Ootova
Pond Inlet (Nunavut)

En tant qu'enseignante et défenseure de la culture inuite, Elisapie Ootova est déterminée à faire en sorte que les jeunes femmes et les filles soient fières de leur patrimoine et de leur collectivité. Elle a été une collaboratrice importante du document sur la gouvernance des femmes de la Commission royale sur les peuples autochtones, Pond Inlet Women Speak about Power. Reconnue pour son jugement ferme et juste, Elisapie Ootova a rempli plusieurs rôles au sein de sa collectivité, que ce soit la surveillance des cellules de prison pour la GRC ou l'organisation de groupes de counseling grandement nécessaires pour les victimes de violence conjugale et d'agression sexuelle contre des enfants. Elle a mis au point deux importants outils éducatifs, An Encyclopedia of Inuit Traditional Knowledge et un dictionnaire, le Inuktitut Dictionary: Tununiq Dialect. En plus de témoigner de l'engagement de Elisapie Ootova envers sa culture, ces ouvrages démontrent aussi sa détermination à favoriser une meilleure compréhension entre les cultures du Sud et du Nord.

Megan Reid (Prix jeunesse)
Leamington (Ontario)

Cet automne, Meagan Reid entreprendra sa première année d'études universitaires. Elle a déjà lancé plusieurs initiatives afin d'encourager ses collègues, les femmes plus jeunes et les filles à s'apprécier. Une de ses grandes préoccupations est l'image corporelle et son effet sur les jeunes femmes et les jeunes hommes. Afin de contrer cette perception, Megan travaille à la conception d'un programme qui s'adresse aux filles des écoles élémentaires, qui en sont à un point tournant de leur vie. Le programme luttera contre une image corporelle négative et les troubles alimentaires afin d'offrir aux jeunes filles des images saines et des solutions de rechange. Megan Reid participe aussi beaucoup aux activités de la Société canadienne du cancer, où elle donne son temps et organise des événements importants afin d'amasser des fonds pour la recherche de traitements contre cette maladie. Après ses études en médecine, elle espère joindre les rangs de Médecins sans frontières.

Nancy Riche
St. John's (Terre-Neuve)

Pendant trente ans, Nancy Riche a été à la fois militante, syndicaliste et féministe dans le mouvement ouvrier. Elle a présidé le Comité des femmes et dirigé le département des droits des femmes et de la personne du Congrès du travail du Canada. Nancy Riche a fait entendre sa voix au sujet d'enjeux comme le fardeau des multiples tâches des femmes sur le marché du travail, les congés de maternité et parentaux, l'accessibilité à des services de garde de qualité et le racisme et la discrimination au travail, ce qui a donné lieu à des changements aux politiques gouvernementales et aux connaissances du public. Que ce soit en prenant la parole devant des forums communautaires, en présidant des comités ouvriers internationaux ou en comparaissant devant d'innombrables comités gouvernementaux, Nancy Riche a travaillé et continue de travailler en vue d'apporter des changements positifs et importants à la vie des femmes tout en rapprochant les mouvements ouvrier et féministe.

Date de modification :