Lauréates de 2003

Nicole Demers
Laval (Québec)

Nicole Demers, a dévoué toute sa vie à l'avancement des femmes et à la défense des droits de la personne. Engagée dans le mouvement syndical, elle rédige la première convention collective pour les femmes dans l'industrie hôtelière et fait pression pour que celles-ci aient accès aux emplois traditionnellement réservés aux hommes - des emplois mieux rémunérés et généralement assortis d'avantages sociaux. Madame Demers est parallèlement très active dans le milieu bénévole, cherchant à améliorer la vie des plus défavorisés, en particulier les femmes, les personnes âgées et les jeunes. Elle a travaillé comme bénévole au premier refuge pour femmes porteuses du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et mis sur pied une soupe populaire à Acton Vale (Québec). En outre, elle a contribué à la création d'un centre pour les femmes d'Acton Vale, un des nombreux autres organismes bénévoles qui bénéficient de la perspicacité et de l'énergie de madame Demers.

Eira "Babs" Friesen
Winnipeg (Manitoba)

Eira Friesen est une légende à Winnipeg. Plus tôt cette année, elle a été reçue à l'Ordre du Canada. Elle s'est également vue décerner la Médaille du jubilé de la reine élizabeth II, la Médaille du mérite des Guides, le prix Paul Lejeune Volunteer Award du Manitoba Council for International Cooperation ainsi que la carte de citoyenne du monde remise par l'Organisation des Nations Unies (ONU) à l'occasion de son 50e anniversaire. En outre, elle a reçu la mention Femme de mérite du YMCA-YWCA, ce qui est tout en son honneur étant donné qu'elle se dévoue depuis plus de 45 ans au YWCA et au YMCA-YWCA de Winnipeg. C'est à elle qu'on doit en grande partie la création du Y Women's Resource Centre. Elle a participé à des conseils de femmes à l'échelon local et provincial et agi à titre de représentante du Manitoba au Conseil national des femmes du Canada, un organisme de développement.

Joyce Sandra Hayden
Whitehorse (Yukon)

La contribution de Joyce Hayden aux droits et à l'histoire des femmes du Yukon est sans précédent. Elle a siégé à l'Assemblée législative du Manitoba, travaillé à la pige à titre de rédactrice et d'éditrice, a mis sur pied sa propre maison d'édition et a même réussi à consacrer du temps à un service communautaire innovateur. Elle a écrit et publié un ouvrage sur l'histoire des Guides du Yukon et l'histoire des femmes en politique au Yukon. Madame Hayden a lancé le premier mouvement féministe et programme familial au Yukon, dont un groupe de sensibilisation à la condition féminine responsable de la présentation d'une conférence sur les femmes du Yukon. De plus, elle est cofondatrice du Yukon Status of Women Council et de la Yukon Women's Mini?Bus Society. Notons que cette femme est aveugle au sens de la loi depuis 1983.

Jennifer Hustwitt (Prix jeunesse)
Waterloo (Ontario)

En à sa première année d'études à l'université, Jennifer Hustwitt a pratiqué l'important travail de bénévole à son école et dans sa collectivité. En 2002, elle s'est rendue au Nicaragua afin d'aider à la construction de deux écoles et a réussi à amasser plus de 35 000 $ pour financer le projet. Ses efforts ont aussi permis au Waterloo Region District School Board d'être le premier conseil scolaire au Canada à se doter d'une politique d'acquisition responsable de vêtements d'école afin de veiller à ce que ces derniers ne proviennent pas " d'ateliers de misère " dans lesquels les employeurs abusent du travail des femmes et des enfants. Mademoiselle Hustwitt a reçu des accolades et des prix à maintes reprises soulignant ainsi son travail exceptionnel à l'école et dans la collectivité, tel que le prix Zonta dans la catégorie " Jeune femme participant aux affaires publiques " ainsi que la Médaille de la paix du YMCA dans la catégorie internationale.

Marilou McPhedran
Toronto (Ontario)

Considérée parmi les dix féministes les plus influentes du Canada, Marilou McPhedran n'a jamais été effrayée par les réactions brutales qu'ont suscitées ses stratégies de changement systématiques en matière de santé et d'égalité. à titre d'avocate, de conseillère juridique, de porte-parole ainsi que de mère de deux garçons et chef de famille, elle a travaillé sans relâche à promouvoir les droits des femmes à l'échelle nationale et internationale en se servant de la loi. Madame McPhedran a codirigé une campagne populaire sans précédent visant à inscrire l'égalité des femmes dans la Charte canadienne des droits et libertés, renforçant ainsi l'égalité des sexes en vertu de l'article 15. En outre, elle a réussi à faire modifier la Charte afin d'y inclure l'article 28 sur " l'égalité garantie des droits pour les deux sexes ". Elle a cofondé le Legal Education and Action Fund (LEAF), créant ainsi un heureux précédent. Elle a aussi été la plus jeune avocate à être reçue à l'Ordre du Canada.

Jayanti Negi
Edmonton (Alberta)

Jayanti Negi est arrivée au Canada en 1972. En remarquant le manque de soutien qu'on offrait aux immigrantes, surtout celles qui avaient été victimes d'abus, elle a donc décidé de provoquer le changement. Son travail a eu des effets importants sur la vie d'innombrables néo-Canadiennes et néo-Canadiens. Cette femme d'Edmonton a cofondé la Indo-Canadian Women's Association, le Millwoods Welcome Centre for Immigrants et le Alberta Network of Immigrant Women. Elle a participé à titre de membre du conseil d'administration de l'Edmonton Multicultural Society et le Race Relations Council ainsi que la National Organization of Immigrant and Visible Minority Women of Canada. Jayanti Negi est une force puissante qui agit pour éradiquer le racisme, le sexisme et la violence, pour améliorer la qualité de vie de l'ensemble des Canadiennes et des Canadiens ainsi que pour faire du Canada une terre d'accueil encore plus hospitalière pour les immigrantes et les immigrants.

Date de modification :