Lauréates de 2012

Caroline Andrew

Ottawa (Ontario)

Caroline Andrew

Caroline Andrew est professeure émérite, directrice du Centre d'études sur la gouvernance et ancienne doyenne de la Faculté des sciences sociales à l'Université d'Ottawa. Elle défend de longue date l'égalité des sexes et a grandement contribué à l'étude des questions relatives aux femmes en milieu universitaire. Elle a notamment été la première coordonnatrice du programme d'études féminines à l'Université d'Ottawa et a conçu les premiers cours sur les femmes et la politique qui y ont été offerts. Elle joue ou a joué de multiples rôles de premier plan. Elle a occupé la présidence du Comité directeur du Partenariat local pour l'immigration d'Ottawa et de Femmes et villes international. Cofondatrice d'Avenir jeunesse, elle est coprésidente du comité organisateur de Monde des femmes 2011 et siège au Comité directeur de l'Initiative: une ville pour toutes les femmes. Elle a collaboré avec la Ville d'Ottawa en matière d'intégration des personnes immigrantes, de prévention du crime, d'amélioration du transport en commun et de promotion de l'égalité des sexes. En 1999, Mme Andrew a collaboré avec des élues et élus, et avec le milieu communautaire pour faire adopter la Déclaration sur les femmes dans le gouvernement local. L'adoption de cette déclaration a conduit à la création d'un groupe de travail chargé d'évaluer l'accès des femmes aux services municipaux dans la municipalité régionale d'Ottawa-Carleton; les recommandations du groupe ont été approuvées en 2002. Mme Andrew vit à Ottawa, en Ontario.

Saara Bhanji (catégorie jeunesse)

Vancouver (Colombie-Britannique)

Saara Bhanji

Meneuse passionnée, Saara Bhanji se dévoue pour améliorer la vie des filles et des jeunes femmes. En 2006, elle a créé l'Association of Women's Action, Research and Empowerment (AWARE), organisme féministe de Vancouver qui œuvre à aplanir les obstacles fondés sur la race, la classe sociale, la pauvreté, l'origine ethnique, l'orientation sexuelle et l'inégalité des sexes. MmeBhanji est bénévole à la ligne d'écoute pour femmes battues Battered Women's Support Services. Elle siège aussi au conseil d'administration de Justice for Girls International et au North Shore Coordinating Committee to End Violence Against Women in Relationships (dans les deux cas, elle est la plus jeune membre. Mme Bhanji a récemment été coordonnatrice de programme au North Shore Women's Centre. La jeune militante détient une maîtrise en études de genre de la prestigieuse London School of Economics et possède une vaste expérience de la prestation de services communautaires de première ligne. Elle est aussi formée pour intervenir dans un éventail de domaines (prévention du suicide, counselling à la suite de traumatismes causés par la violence conjugale, formation des accompagnantes à la naissance. Souvent invitée comme conférencière, elle a remporté de nombreux prix, dont le prix Jeune femme de mérite de la YWCA. Elle vient d'amorcer un baccalauréat en droit à l'Université College de Londres, ville où elle réside en ce moment, mais considère toujours Vancouver comme son port d'attache.

Joanne Toini Cave (catégorie jeunesse)

Edmonton (Alberta)

Joanne Cave

Mme Joanne Toini Cave, qui défend avec fougue l'égalité entre les sexes, a fondé Ophelia's Voice, un organisme sans but lucratif d'Edmonton dont elle a aussi été directrice générale, afin de préparer des filles et des jeunes femmes à devenir des dirigeantes dans leur milieu en leur parlant d'enjeux comme la culture médiatique, l'image corporelle, l'estime de soi, la santé sexuelle et l'engagement politique. En 2009, Mme Cave faisait partie des 30 jeunes choisis parmi quelque 3 500 candidates et candidats pour recevoir la bourse Loran de la Fondation canadienne des bourses de mérite, fondées sur « la réussite scolaire, les activités périscolaires et le potentiel de leadership ». Mme Cave a travaillé avec l'Alberta Teacher's Association et la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants pour encourager un dialogue fructueux sur la présence féminine dans les salles de classe de l'Alberta; elle a fait partie d'un panel à l'occasion du séminaire sur l'avenir du féminisme. En qualité d'étudiante de premier cycle à l'Université de Toronto, Mme Cave a récemment créé dans cette ville un réseau de jeunes chefs de file pour réfléchir à des enjeux clés du secteur à but non lucratif, dont la réforme du financement, le plaidoyer en matière de politiques et la planification de la relève. Lors d'un stage effectué auprès d'une organisation non gouvernementale internationale, elle a aidé à outiller des femmes d'une région rurale du nord de l'Inde souhaitant créer des microentreprises. Récipiendaire de nombreuses récompenses, dont le prix Jeune femme de mérite de la YWCA, elle a aussi figuré au palmarès des 50 Albertaines et Albertains les plus influents. Elle considère toujours Edmonton comme son port d'attache.

Corinne Gallant

Moncton (Nouveau-Brunswick)

Corinne Gallant

Fière Acadienne et professeure émérite à l'Université de Moncton, Corinne Gallant est une icône du mouvement féministe canadien. Elle a créé l'un des premiers cours d'étude de la condition féminine au Canada pour sensibiliser les étudiantes et étudiants à des questions telles que la violence faite aux femmes autochtones et acadiennes. Mme Gallant a contribué à la création du Conseil consultatif sur la condition de la femme au Nouveau-Brunswick, auquel elle a participé activement de 1989 à 1994. Elle a également contribué aux travaux de recherche de l'Institut canadien de recherches sur les femmes et a publié de nombreux articles, en anglais et en français, sur la discrimination et l'injustice envers les femmes et différents groupes minoritaires, notamment la population acadienne. Mme Gallant a fait partie du comité d'organisation du premier rassemblement officiel des Acadiennes, qui a eu lieu à Memramcook en 1974. Elle a également exercé les fonctions de présidente fondatrice de LES FAM (première association féministe au Nouveau-Brunswick) et de l'Institut d'études et d'apprentissages féminins de l'Université de Moncton. De 1985 à 1988, elle a siégé au conseil d'administration de l'organisme Carrefour pour femmes, refuge pour les femmes et les enfants fuyant la violence. Elle a remporté beaucoup de prix, dont la Médaille du jubilé de la Reine, la Médaille commémorative du 125e anniversaire de la Confédération du Canada et l'Ordre du Canada. Corinne Gallant vit à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Régine Alende Tshombokongo

Montréal (Québec)

Régine Alende Tshombokongo

Régine Alende Tshombokongo se dévoue sans relâche pour les immigrantes au Québec. En 1998, elle a fondé le Centre d'encadrement pour jeunes femmes immigrantes, qui encourage les jeunes immigrantes de Montréal à reconnaître et à valoriser leurs talents, tout en leur donnant les moyens de contribuer à la société canadienne. Mme Tshombokongo siège au comité qui conseille le gouvernement du Québec sur l'optimisation des fonds destinés aux projets visant à rehausser la qualité de vie des femmes et des filles dans la province. Elle a également été la porte-parole de Placer l'égalité au cœur de la diversité, programme du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine qui aide les filles immigrantes à se renseigner sur l'égalité des sexes et à s'adapter à la vie dans leur nouvelle collectivité. De plus, elle participe activement à différents comités à l'échelle régionale, nationale et internationale, dont le comité de femmes de la Conférence régionale des élus de Montréal et le Réseau des femmes d'affaires du Québec. Titulaire d'une maîtrise en linguistique cognitive de l'Université Laval et d'une maîtrise en littérature de l'Université nationale du Zaïre, Mme Tshombokongo a aussi reçu de nombreux prix, dont le prix Méritas du RQuODE pour son projet à l'intention des immigrantes souhaitant perfectionner leurs compétences en puériculture pour ouvrir leur propre garderie. Mme Tshombokongo vit à Montréal, au Québec.

Date de modification :