Les récipiendaires de 2017

Prix du Gouverneur général en commémoration de l’affaire « personne »

Inspirantes, n’est-ce pas? Proposez une candidature!

Betsy Bury
Saskatoon (Saskatchewan)

Récipiendaire Betsy Bury

Le courage, l’intégrité, l’engagement et le travail acharné décrivent bien l’action de Mme Bury pour l’égalité entre les sexes. Pendant plus de 60 ans, elle a appuyé la justice sociale à Saskatoon, en particulier pour défendre les droits des femmes et l’accès aux services de soins de santé.

Mme Bury commence sa carrière pendant la Seconde Guerre mondiale, dans l’Armée royale canadienne. Plus tard, mère de famille, elle répond à l’invitation lancée par le nouveau premier ministre, Tommy Douglas, et se joint à la Fédération du Commonwealth coopératif (CCF) pour participer à la vie politique locale et provinciale. Elle contribue ainsi à la fondation de la clinique communautaire de Saskatoon, ouverte en réaction à la grève déclenchée en 1962 par les médecins. Mme Bury est la première directrice des relations avec les membres de la clinique. Par la suite, elle devient l’ombudsman de la clinique. Elle participe à la création de la première clinique de planification familiale de la Saskatchewan et siège au conseil d’administration du centre de planification familiale de Saskatoon.

Elle s’est toujours consacrée à des causes politiques. Ardente défenseure de la représentation accrue des femmes sur la scène politique, elle a appuyé la campagne de nombreuses candidates et encouragé bon nombre de femmes à participer à la vie publique.

À la retraite depuis 1988, elle milite encore dans les sphères politique et sociale. Elle a collaboré à la réalisation de nombreux projets d’organisations de justice sociale. Elle se produit régulièrement avec les Raging Grannies. Betsy Bury habite à Saskatoon (Saskatchewan).

Mme Micheline Dumont
Sherbrooke (Québec)

Récipiendaire Mme Micheline Dumont

Mme Dumont est une éminente universitaire, historienne et militante féministe dont l’engagement envers les droits des femmes est inébranlable. Ses ouvrages historiques jettent la lumière sur la réalité des femmes de la Nouvelle-France et sur la voie à suivre pour atteindre l’égalité entre les sexes. Bien connue Québec, son travail de conférencière, de porte-parole et de mentor inspire des générations de femmes.

Sa carrière a débuté par une étude soumise à la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada, une initiative révolutionnaire lancée en 1967 par Lester B. Pearson. Publié en 1971, le texte de Mme Dumont, Histoire de la situation de la femme dans la province de Québec, a été salué par la critique canadienne.

Mme Dumont a publié de nombreux ouvrages, notamment Histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles, avec le Collectif Clio, et Le féminisme québécois raconté à Camille, un livre destiné à la nouvelle génération de féministes. Elle a longuement écrit sur le féminisme et la défense des droits des femmes, ainsi que sur les communautés religieuses féminines et les enseignantes. Cette historienne qui se dit « indignée » a souvent pris la parole devant des publics variés : l’Assemblée des évêques du Québec, des syndicats, des groupes de femmes et les sociétés savantes. Éloquente et convaincante, elle a participé à d’innombrables entrevues radiophoniques et télévisées, et à des documentaires. Professeure émérite à l’Université de Sherbrooke, elle a reçu plusieurs distinctions, dont celle de membre de la Société royale du Canada ainsi que le prix Parizeau. Elle vit à Sherbrooke, où elle poursuit sa lutte pour l’égalité.

Ramona Lumpkin
Halifax (Nouvelle-Écosse)

Récipiendaire Ramona Lumpkin

Ramona Lumpkin est une éminente féministe et administratrice universitaire. À titre de rectrice et de vice-chancelière de l’Université Mount Saint Vincent, elle a mené l’établissement vers une équité, une diversité et une inclusion accrues et inspiré d’autres établissements canadiens à en faire autant.

Mme Lumpkin, née au Tennessee, a été la première de sa famille à fréquenter l’université. Elle a reçu la bourse Fullbright avant d’obtenir une maîtrise de l’Université du Tennesse et un doctorat de l’Université du Kentucky. Ses recherches, axées sur l’individualité des femmes, témoignent de son intérêt pour la situation des femmes et l’égalité entre les sexes.

Mme Lumpkin a immigré au Canada en 1989. Elle a occupé des postes de plus en plus élevés à l’Université de Windsor, l’Université Royal Roads et l’Université Western Ontario. En 2010, et jusqu’à sa retraite en juin dernier, elle assumera avec distinction les fonctions de rectrice et vice-chancelière à l’Université Mount Saint Vincent. Tout au long de sa carrière, elle s’est exprimée publiquement sur la nécessité de favoriser la présence des femmes dans les universités et dans les secteurs public et privé.

À l’Université Mount Saint Vincent, Mme Lumpkin a été l’âme dirigeante de la construction du nouveau Centre Margaret Norrie McCain pour l’enseignement, l’apprentissage et la recherche. Le Centre est le premier du genre à célébrer les réalisations de femmes et témoigne de l’engagement inébranlable de Mme Lumpkin envers l’égalité entre les sexes.

Lauréate de nombreux prix et distinctions, notamment de l’Ordre du Canada, Mme Ramona Lumpkin habite à Halifax (Nouvelle-Écosse).

Professeure Elizabeth Sheehy
Ottawa (Ontario)

Récipiendaire Professeure Elizabeth Sheehy

La professeure Elizabeth Sheehy est une éminente juriste canadienne, spécialiste des interventions pénales dans les cas de violence faite aux femmes. Ses travaux de recherches d’avant-garde ont contribué à transformer le système de justice pénale du Canada en vue de protéger plus efficacement les victimes de violence sexuelle et familiale. Pendant plus de 30 ans, elle a défendu les droits des femmes.

Grande spécialiste du droit criminel et ardente féministe, la professeure Sheehy demande comment évoluerait notre régime législatif si les femmes y participaient à part entière. Ses travaux ont inspiré de nouvelles approches des lois sur les agressions sexuelles et de l’aide aux femmes battues. Elle a aidé les autorités policières et judiciaires, des responsables de la législation, des thérapeutes et des journalistes à comprendre en quoi les lois ne protègent pas les femmes victimes de la violence des hommes. Elle a lutté pour un remaniement systémique de nos institutions juridiques, politiques, éducatives et médiatiques.

La professeure Sheehy œuvre aux côtés de groupes de femmes de première ligne. Elle a comparu devant des comités du Parlement, travaillé à l’élaboration de stratégies pratiques pour la réforme du droit criminel et largement contribué à la sensibilisation du public. Elle a aussi participé à des interventions juridiques devant des tribunaux d’appel et la Cour suprême du Canada. Sa contribution a fait avancer la cause des femmes victimes de violence et permis d’améliorer l’égalité des droits pour les Canadiennes. Lauréate de nombreux prix, la professeure Elizabeth Sheehy habite à Ottawa (Ontario).

Linda Slanina
Kitimat (Colombie-Britannique)

Récipiendaire Linda Slanina

Mme Slanina a consacré la plus grande partie de sa vie à la sécurité des femmes et des enfants de sa collectivité. Depuis plus de 20 ans, elle travaille pour éliminer la violence sexiste dans sa ville natale de Kitimat, en Colombie-Britannique.

De 1987 à 1993, Linda a été présidente de la ligne d’écoute de Kitimat, le premier service d’intervention d’urgence anonyme dans la collectivité. En 1996, en collaboration avec le ministère de l’Égalité des femmes de la province, elle contribue à la fondation du refuge Dunmore Place, toujours ouvert aux femmes victimes de violence. Depuis 1993, Mme Slanina travaille avec Condition féminine Tamitik, où elle a été adjointe administrative et gestionnaire de la maison de transition avant de devenir directrice générale, un poste qu’elle occupe depuis 2003. L’organisation offre des programmes et des services visant à atténuer les effets de la violence et de la pauvreté à Kitimat et à s’attaquer aux causes de celles-ci.

Bénévole engagée depuis plus de 40 ans, Mme Slanina a également siégé au conseil d’administration de la fondation communautaire de Kitimat, au comité sur le logement du district de Kitimat et a défendu d’autres causes de développement communautaire et de justice sociale.

Mme Slanina a contribué de façon inestimable au bien-être des femmes et des enfants de Kitimat. Ses efforts contribuent à transformer une petite ville isolée du nord en une collectivité dynamique, accueillante et respectueuse où toutes et tous sont en sécurité.

Linda Slanina habite à Kitimat (Colombie-Britannique).

Melissa Sariffodeen (jeunesse)
Toronto (Ontario)

Récipiendaire Melissa Sariffodeen

Mme Sariffodeen est cofondatrice et présidente directrice générale de Ladies Learning Code, un organisme national sans but lucratif offrant une formation technique aux femmes et aux filles. Depuis 2011, elle travaille pour que les femmes acquièrent des compétences informatiques et participent activement à la société numérique. Ainsi, 70 000 femmes dans 32 villes canadiennes ont suivi une formation et plus de 3 000 personnes, dont plus de la moitié sont des femmes, ont trouvé un emploi rémunéré ou un mandat de bénévole.

Learning Code a établi des partenariats avec Google, Microsoft, Scotiabank et TELUS et contribué à la création de HackerYou, une formation intensive en programmation dirigée par des femmes. Melissa est à l’origine de deux nouvelles initiatives : la toute première Journée nationale de l’apprentissage de la programmation; et Code Mobile, un laboratoire informatique qui se déplace partout au pays et qui formera 200 000 femmes et filles à la programmation d’ici 2020.

Mme Sariffodeen défend aussi bénévolement des causes communautaires. Elle a contribué à la création de programmes novateurs accessibles aux nouvelles arrivantes et à un projet gratuit de services de garde d’enfants destiné aux participantes à des programmes de formation. Elle a également collaboré au projet Shift, parrainé par le YWCA et financé par Condition féminine Canada, qui vise à créer des espaces sécuritaires en ligne pour les filles et les jeunes femmes.

Véritable visionnaire et défenseure passionnée des droits des femmes et des filles, elle a déjà accompli de grandes choses malgré son âge relativement jeune.

Melissa Sariffodeen vit à Toronto (Ontario).

Date de modification :