Introduction à l'ACS+

Exemple d’une démarche d’ACS+ : étude de cas dans le secteur forestier

4 - Recueillir les faits : sources d’information

Maintenant que vous avez commencé à poser des questions et à douter de vos suppositions, la prochaine étape consiste à consulter des sources d’information variées. Il s’agit de recueillir des données sur les populations concernées pour comprendre les différences dans la manière dont l’une ou l’autre peut être touchée par un enjeu.

Voici ce que révèlent les données ventilées que vous avez recueillies :

Voici ce que révèlent les données ventilées que vous avez recueillies :

  • Le secteur forestier est essentiellement masculin. Les femmes représentent 12 % de la main-d’œuvre et seulement 6 % d’entre elles occupent des postes de supervision.
  • La représentation de travailleurs autochtones est plus forte dans ce secteur que dans tous les autres (3,5 % des travailleurs à temps plein et 6,4 % des travailleurs à temps partiel, par rapport à 1,8 % et 2,7 % dans les autres secteurs). Les Autochtones exercent généralement des emplois peu spécialisés, saisonniers ou à temps partiel.
  • Les femmes autochtones représentent 14 % de la main-d’œuvre autochtone dans le secteur forestier. Elles ont le revenu médian le plus faible parmi la main-d’œuvre du secteur.
  • La population autochtone est la plus jeune au Canada : 45 % des Autochtones ont moins de 25 ans (cette proportion est de 29 % pour la population générale). La population autochtone du Canada augmente beaucoup plus rapidement que l’ensemble de la population (20,1 % de 2006 à 2011 par rapport à 5,2 % pour la population générale).
  • Par rapport à la population en général, les femmes autochtones sont plus susceptibles d’être à la tête d’une famille monoparentale, de devenir mères à un jeune âge et d’avoir une famille nombreuse. Tous ces facteurs sont reconnus comme ayant une influence sur l’emploi.

Cette information nous indique qu’il faut tenir compte des besoins des femmes, des Autochtones, des jeunes travailleuses et travailleurs et des parents célibataires.

.

D’autres sources d’information sur les collectivités tributaires de la forêt révèlent que :

D’autres sources d’information sur les collectivités tributaires de la forêt révèlent que :

  • Plus de 80 % des Autochtones vivent dans des régions boisées et plus de 800 communautés autochtones sont situées dans les forêts canadiennes.
  • Plus de 1 500 entreprises forestières appartiennent à des Autochtones.
  • L’importance de la forêt pour la survie économique des communautés autochtones n’est pas le seul enjeu à considérer; il faut également tenir compte des enjeux culturels et spirituels, car la forêt est pour les Autochtones à la fois un lieu de résidence, un terrain de chasse et un espace cérémoniel.
  • En se fondant sur leur connaissance intime des écosystèmes locaux, beaucoup de communautés autochtones ont trouvé des façons de conjuguer les modèles de gestion forestière modernes et les pratiques culturelles traditionnelles.
  • Pour assurer leur survie économique, certaines collectivités tributaires de la forêt ont exploré les possibilités de développement économique offertes par l’écotourisme, la bioénergie, l’agroforesterie et les produits forestiers non ligneux.

Ces constatations laissent entendre qu’il faut prendre en compte le contexte socioculturel et historique des forêts canadiennes.