Introduction à l'ACS+

Étude de cas sur le conditionnement physique chez les jeunes

Facteur 4 : ACS+/revenu

Jusqu’ici dans cette étude de cas, nous avons tenu compte du genre et de l’âge. Penchons-nous sur un autre facteur qui est un important déterminant de la participation (ou de la non-participation) aux sports : le revenu familial.

Les jeunes de familles à revenu élevé sont plus susceptibles de participer à un sport d’équipe que ceux de familles à faible revenu. Le principal obstacle à la participation aux sports pour les familles à faible revenu et à revenu moyen est l’aspect financier, bien que des enjeux liés à la sécurité et à la participation des parents puissent également avoir une certaine incidence.

L’écart de participation entre les garçons et les filles se resserre à mesure qu’augmente le revenu familial, ce qui indique que les filles de familles à faible revenu sont particulièrement désavantagées.

Soixante-deux pour cent des filles de familles à revenu élevé pratiquent un sport, par rapport à 75 % des garçons. Trente-cinq pour cent des filles de familles à faible revenu pratiquent un sport, par rapport à 52 % des garçons.

Poursuivez vos recherches

Poursuivez vos recherches

  • On trouve une explication à cet écart dans des travaux de recherche. Les filles de famille à faible revenu ont souvent plus de responsabilités à la maison, particulièrement celles de foyer monoparental à faible revenu et, en y ajoutant l'enjeu de la sécurité du quartier, on explique au moins partiellement pourquoi les taux de participation des filles et des garçons de famille à faible revenu ne sont pas les mêmes. Ces facteurs combinés aux enjeux de sécurité des quartiers et de la disponibilité de programmes à proximité peuvent expliquer l’écart dans le taux de participation entre les filles et les garçons de familles à faible revenu.