Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique

Résultat stratégique : Promotion et avancement de l’égalité entre femmes et hommes au Canada

Programme 1.1 : Impulsion, savoir-faire et conseils

Description

Le Canada s’est engagé, conformément à différents instruments nationaux et internationaux, à promouvoir l’égalité entre les sexes. CFC encourage une meilleure compréhension de la situation des femmes au Canada et invite la population canadienne à prendre part aux efforts pour faire progresser l’égalité entre les sexes. Ses activités de communication sont un élément clé de ce programme et commémorent des dates importantes pour les femmes, comme le Mois de l’histoire des femmes et la Journée de l’affaire « personne ».

Pour que les progrès vers l’égalité entre les sexes se poursuivent, le gouvernement exige que les institutions fédérales prennent le genre en considération dans leurs lois, politiques et programmes. CFC donne l’impulsion au développement de la capacité des institutions fédérales en matière d’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) en leur offrant de l’information, des outils et de la formation et en les faisant profiter de son savoir-faire. L’ACS+ éclaire la prise de décisions et augmente la probabilité que les lois, les politiques et les programmes répondent aux besoins de populations de femmes et d’hommes d’horizons divers.

CFC fournit également des analyses et des conseils en matière de politiques stratégiques, jouant le rôle de courtier de savoir auprès des institutions fédérales et d’autres intervenantes afin de les soutenir dans la poursuite de l’égalité entre les sexes. Il surveille aussi l’évolution des enjeux qui influent sur la condition des femmes et des filles au Canada.

L’essentiel de ce travail est accompli en collaboration avec les institutions fédérales, les provinces, les territoires et la société civile.

Ressources financières budgétaires (en dollars)

Budget principal des dépenses
2014–2015
Dépenses prévues
2014–2015
Autorisations totales pouvant être utilisées
2014–2015
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2014–2015
Écart
(dépenses réelles moins dépenses prévues)
2014–2015
2 136 900 2 136 900 2 286 900 2 004 692 (132 208)

Ressources humaines (équivalents temps plein [ETP])

Prévu
2014–2015
Réel
2014–2015
Écart
(nombre réel
moins nombre prévu)
2014–2015
17 17 0

Résultats du rendement

Résultats attendus Indicateurs de rendement Cibles Résultats réels
Grâce au rôle d'impulsion joué par CFC, les principales parties intéressées disposent de conseils et renseignements pour s'attaquer aux enjeux liés à l'égalité entre les femmes et les hommes ou entre les garçons et les filles. (Les principales parties comprennent des organismes fédéraux, les provinces, les territoires, la société civile et le grand public.) Nombre d’interventions menées par CFC qui permettent de fournir des conseils et de l’information. Les interventions comprennent des activités de longue haleine exigeant parfois une préparation et des ressources financières et humaines importantes. Les activités peuvent inclure : la diffusion de connaissances, la facilitation du dialogue, la direction d’interventions pour concrétiser les priorités de CFC, la prestation de conseils, la collaboration et les relations externes pour faire avancer les priorités de CFC et du gouvernement fédéral. (Par exemple, la prise en charge de la participation du Canada à la session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies exige de six à huit mois de préparation.) 5 Cinq initiatives dirigées par CFC ont permis de donner aux principales parties intéressées des conseils et des renseignements pour s’attaquer aux enjeux liés à l’égalité entre les hommes et les femmes ou entre les filles et les garçons.
Grâce au savoir-faire qu’apporte CFC, les responsables du gouvernement fédéral et les principales parties intéressées connaissent mieux l’ACS+. (Ces parties comprennent les représentantes et représentants des provinces, des territoires, de la société civile et du grand public.) Pourcentage des répondantes et répondants qui disent que leur connaissance de l’ACS+ s’est améliorée grâce à la formation ou aux activités sur l’ACS+. 75 % 93 % des répondantes et des répondants ont affirmé que leur connaissance de l’ACS+ s’était accrue grâce aux activités de formation et autres offertes par CFC.
Les reportages des médias canadiens font état des apports de CFC à l’avancement de l’égalité pour les femmes et les filles. Pourcentage des initiatives dirigées par CFC qui bénéficient d’une couverture médiatique. 20 % 50 % des initiatives menées par CFC ont bénéficié d’une couverture médiatique

Analyse du rendement et leçons retenues

L’analyse du rendement de ce programme montre que l’objectif a été atteint pendant cet exercice et que les initiatives dirigées par CFC ont permis d’obtenir les resultants prévus : les principarles parties intéressées ont bien eu accès à des conseils, à de l’information et à des réseaux pour s’attaquer aux enjeux liés a l’égalité entre les femmes et les hommes. Voici quelques-unes des principales action impulséees par CFC en 2014–2015

  • Plan d’action pour contrer la violence familiale et les crimes violents à l’endroit des femmes et des filles autochtones : CFC a orchestré l’élaboration de ce plan d’action quinquennal qui vise à améliorer la collaboration, la sensibilisation et la capacité communautaire en matière de prévention et de lutte contre la violence faite aux femmes et aux filles autochtones.
  • Table ronde nationale sur les femmes et les jeunes filles autochtones disparues ou assassinées : L’ancienne ministre du Travail et ministre de la Condition féminine a participé à cette table ronde au nom du gouvernement du Canada. Les principales parties prenantes y ont convenu d’un Cadre d’intervention pour prévenir et contrer la violence faite aux femmes et aux filles autochtones, lequel désigne des domaines prioritaires pour la collaboration, à savoir : la prévention, la sécurité communautaire et, enfin, les mesures policières et le système de justice.
  • Promouvoir la participation des femmes aux conseils d’administration : CFC a appuyé le travail du Conseil consultatif pour la présence des femmes aux conseils d'administration, qui a publié le rapport Bon pour les affaires – Plan pour accroître la participation des femmes aux conseils d'administration. Ce rapport fait le point sur les pratiques exemplaires actuellement employées par les entreprises canadiennes pour favoriser une plus grande mixité au sein des conseils d'administration des secteurs public et privé. Ce rapport, qui présente la mixité comme un enjeu d’importance capitale pour la bonne marche des affaires, a été bien accueilli. De fait, l’objectif de représentation qu’il fixe (porter à 30 % le nombre de femmes siégeant aux conseils d’administration d’ici 2019) a produit un effet d’entraînement.
  • Forum des entrepreneures – Investir dans l’avenir : Organisé par CFC en collaboration avec des partenaires fédéraux, ce forum a rassemblé plus de 300 entrepreneures canadiennes, des réseaux d’affaires et d’importantes parties prenantes. Les participantes ont eu accès à de l’information et à des conseils spécialisés, ainsi qu’à des activités de mentorat et de réseautage. Les résultats de l’évaluation montrent que les objectifs du Forum ont été atteints et que les participantes étaient satisfaites des conseils et des renseignements pratiques qu’elles avaient reçus et des liens qu’elles avaient établis.
  • Direction de la participation canadienne à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies : La ministre du Travail et ministre de la Condition féminine du Canada a dirigé la délégation canadienne à la 59e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies. La Commission a alors examiné les progrès accomplis dans la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing adoptés il y a vingt ans, en 1995 à la 4e Conférence mondiale sur les femmes. La ministre a prononcé la déclaration du Canada et a participé à une table ronde de haut niveau portant sur l’autonomie économique des femmes. (http://www.swc-cfc.gc.ca/med/sta-dec/2015/0310-fra.html) En marge de la session, le Canada a organisé trois activités qui ont été bien accueillies. Elles portaient sur la cyberviolence, les mariages précoces et forcés d’enfants et l’autonomisation des filles. Plus de 600 personnes y ont participé, y compris des responsables de gouvernements étrangers et des Nations Unies, ainsi que des représentantes et représentants d’organismes non gouvernementaux du Canada et d’ailleurs.

Renforcer la mise en œuvre de l’ACS+ au sein de l’administration fédérale

Pour renforcer la capacité des organismes fédéraux à intégrer les questions de genre à leurs programmes, politiques et autres initiatives, CFC a continué de les soutenir au moyen d’activités de formation, de consultation et d’autres formes d’aide directe. On constate que les connaissances et les capacités ne cessent de croître en matière d’ACS+, et le nombre de professionnelles et professionnels formés en ACS+ continue d’augmenter. Voici quelques-unes des principales initiatives de CFC en matière d’ACS+ :

  • Plan d'action ministériel pour l’analyse comparative entre les sexes : CFC a appuyé plus de 30 organismes fédéraux en leur offrant de la formation, des conseils spécialisés et d’autres formes d’aide directe.
  • Formation en ligne sur l’ACS+ : CFC a procédé au lancement de la seconde version de son cybercours Introduction à l'ACS+. Cette version mise à jour comprend une interface plus conviviale et de nouvelles études de cas illustrant la pertinence de l’ACS+ dans une plus grande variété de secteurs. En 2014-2015, plus de 1 000 personnes (67,5 % provenant de la fonction publique fédérale et 32,5 % des gouvernements provinciaux et territoriaux ou du secteur privé) ont suivi le cours, ce qui représente une hausse de 50 % de la participation par rapport à l’exercice précédent. Parmi celles qui ont répondu au sondage administré à la suite du cours, 92 % ont affirmé pouvoir appliquer l’ACS+ à leur travail.
  • Activités de sensibilisation et d’apprentissage de l’ACS+ : La troisième Semaine de sensibilisation à l'ACS+ (du 5 au 9 mai 2014) a été lancée conjointement par le greffier du Conseil privé et la chef de CFC. Cette semaine a pour but de promouvoir la formation, les outils et les réseaux relatifs à l'ACS+. CFC a également organisé une journée de formation intensive à l’intention des responsables des questions de genre. Cette activité avait pour objectif d’aider les participantes et participants à mieux comprendre les engagements en matière d’ACS+, de renforcer leur capacité à l’appliquer, ainsi que de leur offrir une occasion d’échanger des stratégies pour sa pérennisation.
  • Championnes et champions de l’ACS+ : En février 2015, CFC a tenu la première réunion des championnes et champions de l’ACS+. La réunion visait à promouvoir le réseautage, de même qu’à encourager les hautes et hauts fonctionnaires assumant cette responsabilité à faire preuve de leadership.

Mobilisation de la population canadienne

  • Le 22 octobre 2014, à Toronto, CFC a organisé l’événement « Force des filles. Forces du monde. », qui a réuni des jeunes filles et une brochette de Canadiennes et Canadiens d'influence pour une discussion des grands enjeux qui touchent les filles au pays et dans le monde. Des conférencières de haut calibre y ont pris la parole, notamment Hannah Godefa, ambassadrice nationale de l'UNICEF pour l'Éthiopie. Pendant la journée, des jeunes fréquentant l’école secondaire ont rencontré plusieurs personnalités connues et ont échangé avec elles sur cinq grands thèmes : la violence, le pouvoir, l’entrepreneuriat, l’éducation et la santé.

Programme 1.2 : Avancement de l’égalité pour les femmes

Description

Dans le cadre de ce programme, CFC appuie l’action et l’innovation en investissant dans des projets qui conduisent vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Il s’agit d’un programme de subventions et contributions pour les organismes canadiens qui mènent à l’échelon communautaire des projets contribuant au progrès de l’égalité dans les collectivités du Canada. Les projets financés sont de portée nationale, régionale ou locale et aident à créer des conditions propices à la réussite des Canadiennes.

Les projets sont axés sur l’amélioration de la situation économique et sociale des femmes et leur participation à la vie démocratique. De nature et portée variées, ils emploient un éventail de méthodes et de stratégies pour répondre aux enjeux complexes qui touchent les femmes. Concrètement, le programme investit dans des projets qui intègrent des considérations liées au genre et qui augmentent ou améliorent l’accès à une gamme de possibilités, de services et de ressources (soutien, information, outils, etc.). Ces projets comptent sur la participation des parties intéressées, comme des groupes de femmes, des organismes communautaires, des institutions publiques et le secteur privé.

Le programme facilite également la collaboration, le réseautage et les partenariats pour promouvoir l’égalité entre les sexes et l’avancement des femmes au Canada. CFC facilite le réseautage, crée au besoin des partenariats pour répondre aux questions transversales touchant les femmes et les filles, échange des connaissances et aide les organismes œuvrant au progrès de l’égalité des sexes à accéder aux connaissances, aux ressources et aux outils.

Ressources financières budgétaires (en dollars)

Budget principal des dépenses
2014–2015
Dépenses prévues
2014–2015
Autorisations totales pouvant être utilisées
2014–2015
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2014–2015
Écart
(dépenses réelles moins dépenses prévues)
2014–2015
24 267 723 24 267 723 24 267 723 22 783 283 -1 484 440

Ressources humaines (équivalents temps plein [ETP])

Prévu
2014–2015
Réel
2014–2015
Écart
(nombre réel
moins nombre prévu)
2014–2015
36 39 3

Résultats du rendement

Résultats attendus Indicateurs de rendement Cibles Résultats réels
Les femmes et les collectivités peuvent obtenir de l’aide pour traiter des enjeux liés à l’égalité entre les sexes. Pourcentage de projets qui créent des appuis (p. ex. des ressources ou des outils). 50 % 70 % des projets ont créé des appuis (p. ex., des ressources, des outils).
Les collectivités et les parties prenantes ont des occasions de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes. Pourcentage de projets qui créent des possibilités (p. ex. des partenariats, des réseaux ou des stratégies) 50 % 80 % des projets ont créé des possibilités (partenariats, réseaux, stratégies).

Analyse du rendement et leçons retenues

En 2014-2015, CFC a versé 19 033 332 $ (dont 83 332 $ provenant de Justice Canada) en appui à 318 projets visant à éliminer les obstacles empêchant les femmes de réaliser leur plein potentiel. En 2014-2015, 40 de ces projets ont pris fin, 210 étaient en cours de réalisation et 68 se sont vus accorder des fonds.

Pendant l’exercice, le Programme a atteint les résultats escomptés, c'est-à-dire que les femmes et les collectivités ont pu compter sur l’aide ou les appuis nécessaires, notamment des ressources et des outils, pour s'attaquer aux enjeux liés à l'égalité entre les femmes et les hommes. Au nombre des principaux résultats, signalons une sensibilisation accrue aux questions touchant les femmes, l’apprentissage de l’exercice du pouvoir parmi les femmes et les filles et la création de partenariats efficaces avec des parties prenantes, notamment des prestataires de services et des organismes du secteur public et privé. Les activités réalisées en vertu du Programme visaient à répondre aux principales priorités de CFC, à savoir :

Promouvoir l’augmentation des débouchés économiques des femmes

Environ 48 % des projets de CFC servaient cette grande priorité. Dans le cadre de ces projets, des partenariats ont été créés entre des organismes travaillant avec les femmes et des associations commerciales ou professionnelles, des syndicats et des instituts de formation, ce qui a contribué à l’élaboration d’outils et de ressources qui permettront d’accroître les débouchés pour les femmes dans le domaine de l’entrepreneuriat, des sciences, de la technologie et des métiers spécialisés. Voici quelques exemples :

  • Dans le comté de Windsor-Essex, un organisme de formation communautaire s’est associé à de jeunes femmes et à d’autres parties intéressées, notamment 30 employeurs de la région, pour cerner les principaux obstacles à l’emploi des femmes dans les secteurs traditionnellement masculins. On a plus particulièrement exploré la situation dans divers secteurs au regard de l’emploi, de la formation et des études, et ce, dans le but d’appuyer les jeunes femmes désirant exercer une profession liée aux sciences, aux technologies, au génie ou aux mathématiques. À l’issue de ce projet, bon nombre de partenaires se sont engagés à embaucher des jeunes femmes.
  • À Terre-Neuve-et-Labrador, des organismes communautaires ont collaboré avec une vaste gamme de partenaires pour créer des outils efficaces de recrutement et de maintien en poste des femmes. Les outils s’adressaient aux intervenants du secteur des technologies et des métiers spécialisés, y compris les établissements d’enseignement. Ils ont permis à ceux-ci de comprendre pourquoi il est avantageux de promouvoir la diversité, notamment d’éliminer les obstacles à l’emploi et à l’avancement des femmes dans les métiers spécialisés, les technologies et l'exploitation industrielle. Les destinataires sont maintenant mieux outillés pour gérer le recrutement et le maintien en poste des femmes dans ces domaines à prédominance masculine.

CFC a également lancé des appels de propositions visant à multiplier les débouchés économiques des femmes. Ces appels visaient plus précisément à solliciter des projets ayant pour objet d’améliorer les débouchés offerts aux entrepreneures et professionnelles, de promouvoir l’accompagnement de carrière (marrainage ou parrainage et mentorat) comme outil d’avancement des femmes, ainsi que de renforcer la préparation financière des femmes. Au cours des deux ou trois prochaines années, Condition féminine Canada surveillera la mise en œuvre des projets retenus.

Agir contre la violence faite aux femmes et aux filles

En 2014-2015, environ 40 % des projets financés par CFC visaient à lutter contre la violence faite aux femmes et aux filles. Ces projets contribuent à créer ou à renforcer des partenariats cruciaux entre des organismes de services pour les femmes victimes de violence et des instances comme les corps policiers, les services sociaux et le réseau de la santé, et ce, dans le but d’améliorer l’accès des femmes à l’aide et aux services dont elles ont besoin. Les projets ont également permis de lancer des campagnes de sensibilisation sur les conséquences de la violence faite aux femmes et aux filles et de mettre au point des outils visant à prévenir la violence et à réduire son incidence. Voici quelques exemples :

  • Pour aider les Yukonaises de la région de Watson Lake à effectuer une transition vers une vie exempte de violence, des partenariats ont été créés entre diverses parties intéressées, y compris les femmes du Nord et des Premières Nations, les autorités policières et les prestataires de services. Grâce à ce partenariat, le détachement local de la Gendarmerie royale du Canada et une association de femmes autochtones ont mis au point un protocole afin d’améliorer l’accès des femmes risquant d’être victimes de violence aux services et à l’aide dont elles ont besoin. Ce protocole, qui inclut des données de référence, décrit les responsabilités des différentes parties intéressées et les attentes en matière de service.
  • Pour répondre efficacement aux besoins des immigrantes et des réfugiées touchées par la violence familiale à Regina, des organismes locaux spécialisés en violence familiale, en services d’établissement et en maintien de l’ordre ont mis au point un protocole d’intervention auprès des victimes de violence. Ce protocole, qui comprend des procédures, politiques et modules de formation, offre aux organismes un mécanisme formel de collaboration permettant de répondre aux besoins des femmes nouvellement arrivées. Il favorisera l’uniformisation des procédures de dépistage et d’intervention parmi les intervenants. Plusieurs organismes de la Saskatchewan ont maintenant adopté ce protocole, qui est intégré à leurs procédures d’accueil et d’évaluation.

CFC a également lancé un appel de propositions en vue de mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles. Les projets approuvés seront mis en œuvre et les résultats obtenus feront l’objet d’un suivi au cours des deux à trois prochains exercices.

Accroître la représentation des femmes aux postes de responsabilité et de décision

Environ 12 % des projets financés par CFC servaient cette priorité. Ces projets avaient pour objectif de mettre au point des outils et des ressources pour multiplier les occasions de mentorat offertes aux filles et aux femmes, renforcer leur capacité d’exercer un pouvoir et modifier les politiques et les pratiques limitant l’accès des femmes aux postes de responsabilité. Voici quelques exemples :

  • Au moyen d’exercices de simulation de conseils municipaux, des femmes de 12 régions du Québec ont acquis des connaissances pratiques en vue d’entrer sur la scène politique municipale. Sur les 30 participantes au projet, 18 se sont présentées aux élections municipales. Ce projet a permis de créer et de renforcer des partenariats dans la province et à l’extérieur, et plusieurs des partenaires ont exprimé le désir d’adapter le modèle à leur région. C’est par exemple le cas du conseil municipal de Montréal et du comité de femmes de la Conférence régionale des élus de Montréal, qui ont participé à l’organisation de séances ultérieures à l’intention des femmes.
  • À Edmonton et à Calgary, un projet visait à cerner et à éliminer les facteurs qui font obstacle à la participation des filles d’origine sud-asiatique ou moyen-orientale à la vie municipale, politique et communautaire. Un organisme représentant les femmes musulmanes a créé et utilisé un ensemble d’outils intergénérationnels adaptés au contexte culturel. Cette initiative a donné aux filles, aux membres de la communauté et aux organismes intéressés des occasions de dialoguer afin de mieux comprendre les enjeux, d’établir des partenariats et de mobiliser davantage les membres de la communauté.

Services internes

Description

Les services internes sont des groupes d’activités et de ressources connexes qui sont gérés de façon à répondre aux besoins des programmes et des autres obligations générales d’une organisation. Ces groupes sont les suivants : services de gestion et de surveillance, services des communications, services juridiques, services de gestion des ressources humaines, services de gestion des finances, services de gestion de l’information, services des technologies de l’information, services de gestion des biens immobiliers, services de gestion du matériel, services de gestion des acquisitions et services de gestion des voyages et autres services administratifs. Les services internes comprennent uniquement les activités et les ressources destinées à l’ensemble d’une organisation et non celles fournies à un programme particulier.

Ressources financières budgétaires (en dollars)

Budget principal des dépenses
2014–2015
Dépenses prévues
2014–2015
Autorisations totales pouvant être utilisées
2014–2015
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2014–2015
Écart
(dépenses réelles moins dépenses prévues)
2014–2015
3 203 107 3 203 107 3 772 944 5 337 769 2 134 662

Ressources humaines (ETP)

Prévu
2014–2015
Réel
2014–2015
Écart
(nombre réel
moins nombre prévu)
2014–2015
43 42 -1

Analyse du rendement et leçons retenues

En 2014-2015, CFC a poursuivi ses efforts en vue de moderniser son milieu de travail et favoriser la mobilité des membres de son effectif. Chacune et chacun d’entre eux s’est ainsi vu remettre un ordinateur portable. L’administration centrale permet maintenant l’accès à Internet sans fil. L’ensemble du personnel a également accès au système de vidéoconférence grâce au logiciel Microsoft Lync. Même à distance, il est donc possible de rester en contact avec les bureaux de CFC.

Grâce à ces nouvelles technologies, les membres de l’effectif peuvent se connecter, communiquer et collaborer de manière plus efficace. Ces initiatives correspondent au domaine d’action prioritaire « Outils et processus en milieu de travail » du plan de mise en œuvre de l’Objectif 2020 à CFC.

Dans le cadre de la démarche LEAN, des services internes ont été améliorés grâce à une réduction du temps requis pour certaines procédures informatiques et financières.

Date de modification :