Raison d’être, mandat et rôle : composition et responsabilités

Raison d’être

Le Bureau de la coordonnatrice de la situation de la femme, connu sous le nom de Condition féminine Canada (CFC), est l’organisme fédéral chargé de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les aspects de la vie au Canada. CFC a pour mandat « de coordonner les politiques relatives à la situation de la femme et de gérer les programmes qui s'y rapportent » (1976).

CFC a la responsabilité d’œuvrer, comme chef de file et partenaire, à promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, c’est-à-dire : soutenir les actions qui font progresser l’égalité en aidant à créer des conditions propices à la réussite des femmes et des filles au Canada; fournir des conseils spécialisés en matière d’égalité entre les sexes et d’analyse comparative entre les sexes (ACS) en vue de l’élaboration de programmes, de politiques et de lois efficaces pour l’ensemble de la population canadienne; promouvoir des dates commémoratives qui ont trait aux femmes et aux filles au Canada; et, enfin, soutenir les efforts que déploie le Canada pour s’acquitter de ses obligations internationales.

Afin de promouvoir l’égalité et d’en assurer le progrès, CFC concentre ses interventions dans trois domaines prioritaires, soit : améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes et des filles; éliminer la violence faite aux femmes et aux filles; et, enfin, soutenir et promouvoir une représentation accrue des femmes et des filles aux postes de responsabilité et de décision. Tout en mettant l’accent sur ces trois domaines, l’organisme a aussi la capacité de répondre à des enjeux précis, par exemple : la sous-représentation des femmes en politique et les conditions économiques à créer pour que les Canadiennes puissent réussir.

Mandat et rôle

CFC est le maître d’œuvre du programme que s’est donné le gouvernement en vue de réaliser l’égalité entre les sexes. Puisque les enjeux relatifs à la condition des femmes et des filles touchent tous les aspects de la vie en société, l'organisme travaille en partenariat avec un large éventail de ministères fédéraux, avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, des organismes privés et bénévoles, des militantes et militants, ainsi que des chercheuses et chercheurs.

En matière de politiques, CFC joue un rôle de courtier du savoir et de facilitateur, c’est-à-dire qu’il formule des observations et conseils, apporte un soutien stratégique aux ministères et aux organismes fédéraux, contribue au savoir et à la recherche, analyse des politiques et intervient de façon stratégique aux niveaux national et international.

À l’échelle de l’administration fédérale, CFC a aussi pour rôle de piloter le renforcement des capacités en analyse comparative entre les sexes PLUS (ACS+), une démarche analytique qui sert à évaluer les répercussions éventuelles des politiques, des programmes ou des lois sur des populations de femmes et d’hommes d’horizons divers. L’ACS+ permet d'intégrer systématiquement le genre et d’autres facteurs d’identité au processus de décision, ce qui conduit à l’adoption de mesures répondant mieux aux besoins.

Par l’entremise du Programme de promotion de la femme, CFC aide financièrement des organismes à but non lucratif qui tentent de créer des changements systémiques de nature à favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes et à déboucher sur une nette amélioration de la condition des Canadiennes de tous âges.

Pour mieux faire connaître au public les grands jalons de l’histoire des femmes au Canada, CFC s’attache à promouvoir des dates commémoratives, notamment la Journée internationale de la femme (le 8 mars), le Mois de l’histoire des femmes (octobre), la Journée internationale des filles (le 11 octobre), la Journée de l’affaire « personne » (le 18 octobre) et la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes (le 6 décembre).

Pour obtenir de plus amples renseignements généraux à propos de l’organisme, consulter la section « Renseignements supplémentaires » du présent rapport. Pour plus de renseignements sur ses engagements actuels, consultez la lettre de mandat de la ministre Note de bas de page i .

Date de modification :