Résultats : ce que nous avons accompli

Programmes

Nom du programme: Conseils stratégiques, expertise et promotion de l’égalité entre les sexes

Description

Ce programme entreprend des activités de communication visant à faire la promotion des initiatives de l’organisme et de dates commémoratives clés (c.-à-d. la Journée internationale de la femme, le Mois de l’histoire des femmes, la Journée internationale des filles, la Journée de l’affaire « personne » et la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes) en vue de mieux faire connaître la situation des femmes au Canada et d’amener la population canadienne à participer aux efforts visant à faire progresser l’égalité entre les sexes. Pour que les progrès vers l’égalité entre les sexes se poursuivent, le gouvernement exige que les institutions fédérales prennent le genre en considération dans leurs lois, politiques et programmes. Ce programme joue un rôle prépondérant dans le développement de la capacité des organisations fédérales en matière d’analyse comparative entre les sexes PLUS (ACS+) en leur offrant de l’information, des outils, de la formation, des conseils éclairés et un accès aux réseaux. L’ACS+ éclaire la prise de décisions et augmente la probabilité que les lois, les politiques et les programmes répondent aux besoins de populations de femmes et d’hommes d’horizons divers. Ce programme joue le rôle de courtier du savoir en étudiant les lacunes et les enjeux en matière d’égalité entre les sexes, en fournissant une analyse stratégique et des conseils et en facilitant la collaboration entre les principales parties intéressées, y compris les organisations fédérales, en vue d’influencer la prise de décisions et de mesures.

Résultat

En 2016-2017, l’organisme au grand complet a été engagé dans l’élaboration d’une stratégie visant à prévenir et à contrer la violence fondée sur le sexe (VFS) et dans les consultations menées au préalable auprès de centaines de personnes à la grandeur du pays afin de garantir d’assurer que cette stratégie réponde bien aux besoins des survivantes et survivants. L'organisme a eu recours pour cela à différents mécanismes :

  • Il a mis sur pied le Conseil consultatif sur la stratégie fédérale contre la violence fondée sur le sexe Note de bas de page ii , composé de 18 personnes dont l’expertise englobe la prévention, les personnes allosexuelles (lesbiennes, gaies, bisexuelles, bispirituelles, transgenres ou intersexuées), la mobilisation des hommes et des garçons, la cyberviolence, la violence sexuelle, la violence faite aux personnes handicapées, la justice pénale et la violence faite aux femmes et aux filles autochtones. Le conseil a comme mandat de donner des conseils et de faciliter l’échange de points de vue, de pratiques prometteuses et de recherches sur des enjeux concernant la violence fondée sur le sexe.
  • Il a convoqué un panel d’expertise sur la prévention de la VFS afin de mieux définir les priorités de recherche en la matière. Les membres ont souligné la nécessité d'en savoir plus sur les facteurs de protection qui peuvent prévenir la VFS ou en atténuer les effets, de déterminer les pratiques qui permettent de contrer efficacement la VFS, ainsi que de mener une enquête indépendante sur la nature et l’ampleur de la VFS au sein de différents segments de la population.
  • Il a tenu 18 tables rondes un peu partout au Canada. Trois cents personnes provenant de quelque 175 organismes y ont participé. Parmi ces personnes figuraient notamment des survivantes et survivants de VFS, des militantes, des militants, des prestataires de services de première ligne et des universitaires. En collaboration avec la Société canadienne d’hypothèques et de logement, CFC a aussi organisé une table ronde sur les refuges et les maisons de transition.
  • Il a tenu un sondage en ligne, grâce auquel ont été recueillies plus de 7 600 réponses sur les priorités des Canadiennes et Canadiens en matière de VFS et sur l’efficacité des initiatives en cours pour lutter contre cette violence.

La prévention et la lutte contre la violence faite aux femmes et aux filles autochtones ont fait partie intégrante du processus de dialogue de CFC. L’organisme a invité à chacune de ses 18 tables rondes des représentantes et représentants des regroupements autochtones nationaux et régionaux, et l’une de ces tables a été consacrée spécifiquement à la prévention de la VFS dirigée contre les femmes et les filles autochtones. Ce que nous y avons appris est venu s’ajouter à l’information recueillie lors des consultations menées par le gouvernement en 2015-2016 en préparation de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Bref, la perspective des femmes autochtones a été pleinement prise en compte dans l’élaboration de la stratégie.

CFC a publié en mai 2016 un rapport résumant les enjeux, défis et principales pratiques exemplaires ressortis de ces vastes consultations. Puis, en juin 2017, il a publié Il est temps : La stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe.

CFC a pris d’autres mesures pour contrer la violence faite aux femmes, notamment les suivantes.

  • Il a soutenu l’élaboration de la Stratégie nationale en matière de logement en collaborant avec les principales parties prenantes, y compris celles connaissant les besoins dans le Nord et les régions rurales et éloignées. CFC a fourni des données et des analyses sur les besoins de refuges. Son expertise a fondé les décisions concernant le financement de la construction et de la rénovation de places dans les refuges dans les réserves et hors réserve, afin de remédier à la pénurie grave de logements pour les femmes et les enfants fuyant la violence.
  • Il a aussi soutenu les efforts de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail et du président du Conseil du Trésor pour contrer la violence et le harcèlement sexuel dans le secteur privé sous réglementation fédérale et dans la fonction publique fédérale. Cela comprend la participation à des consultations sur les changements qui pourraient être apportés à cette fin au Code canadien du travail.

En 2016-2017, CFC a également dirigé et appuyé diverses initiatives inscrites dans le mandat de la ministre ayant pour objet d’élargir l’accès des femmes aux postes de responsabilité et à la prospérité économique. Cela comprend les mesures suivantes :

  • Il a continué de travailler avec le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique du Canada à la mise au point d’outils et de ressources pour aider les entrepreneures à démarrer une entreprise ou à faire croître leurs entreprises. CFC a contribué financièrement à l’organisation de sa Conférence de l'entrepreneuriat des femmes canadiennes. Tenue en novembre 2016, celle-ci visait à renseigner les participantes sur l’aide offerte aux entreprises, à leur offrir des occasions de réseautage et à faciliter le dialogue quant aux politiques et programmes à venir.
  • CFC a soutenu dans toute l’administration fédérale les efforts déployés pour promouvoir des pratiques d’approvisionnement inclusives, notamment les occasions pour l’État d’utiliser l’approvisionnement pour améliorer la participation des femmes et d’autres segments sous-représentés de la population.
  • CFC a appuyé la concrétisation de l’engagement du gouvernement envers la transparence et l’ouverture de la procédure de nomination et le respect du principe du mérite dans cette procédure; c'est-à-dire qu’il a collaboré avec le Bureau du Conseil privé à l’élaboration de méthodes qui favorisent la parité entre les sexes dans les nominations aux commissions, conseils d’administration, sociétés d’État, agences et tribunaux au Canada. Dans le cadre de ses propres activités de sensibilisation et de communication, CFC a également encouragé les femmes à poser leur candidature à ces postes.
  • CFC a apporté son aide au ministère du Travail pour la tenue des consultations prévues dans la réponse du gouvernement au Comité spécial sur l’équité salariale Note de bas de page iii . Ces consultations ont été menées dans le but d'appuyer l’élaboration d’un projet de loi proactif sur l’équité salariale dans les milieux de travail sous réglementation fédérale. Le projet de loi devrait être déposé en 2018.
  • CFC a offert des conseils spécialisés pour garantir la prise en compte du genre dans l’élaboration et à la mise en œuvre du Cadre multilatéral d'apprentissage et de garde des jeunes enfants Note de bas de page iv annoncé en juin 2017.
  • CFC a contribué à l’ACS du budget de 2017, lequel consacrait pour la première fois un de ses cinq chapitres Note de bas de page v aux considérations genrées. L’Énoncé du budget de 2017 relatif aux sexes présentait les mesures visant à réduire l’écart salarial entre les femmes et les hommes, à encourager une plus grande participation des femmes au marché du travail, de même qu’à lutter contre la pauvreté et la violence.

Afin de promouvoir l’égalité entre les sexes au Canada, CFC agit de concert avec d’autres ordres de gouvernement tout au long de l’année, notamment dans le cadre d’une réunion annuelle avec les provinces et les territoires. La 34e réunion annuelle des ministres responsables de la Condition féminine à l’échelon fédéral, provincial et territorial s’est tenue à Edmonton en septembre 2016. À cette occasion, les ministres ont convenu de cerner les possibilités d’actions complémentaires pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe, notamment au chapitre de la collecte de données. Cela inclut la possibilité d’un cadre commun pour la surveillance et la déclaration de cette violence, ainsi que de mesures pour améliorer le taux de signalement. Elles et ils ont aussi convenu d’examiner les interventions à privilégier en cas de violence sexuelle et les moyens qui pourraient être mis en œuvre pour refermer l’écart salarial entre les sexes, y compris recueillir des données à ce sujet.

En mars 2017, la ministre de la Condition féminine a dirigé la délégation canadienne à la 61e session de la Commission de la condition de la femme Note de bas de page vi de l’Organisation des Nations Unies (ONU), qui s’est tenue parallèlement à une réunion de la Commission de la jeunesse. La session a eu pour thème de l’autonomisation des femmes dans un monde du travail en évolution. Ayant réussi à se faire élire à la Commission de la condition de la femme en mars 2016, le Canada a participé activement à la session en se concentrant sur un certain nombre de priorités, à savoir : la prévention et l’élimination de la violence faite aux femmes et aux filles; la mobilisation des hommes et des garçons; l’avancement des enjeux touchant les jeunes; la santé et les droits sexuels et génésiques; ainsi que la promotion de la diversité et de l’inclusion comme outils d’autonomisation économique des femmes. Lors des négociations, le Canada s’est efforcé de maintenir un équilibre dans le texte des conclusions concertées, en cherchant à ce que ces conclusions soient constructives et, dans la mesure du possible, respectent sa politique nationale et étrangère. Le Canada a aussi contribué à infléchir les efforts de la Commission pour promouvoir les droits des femmes et des filles dans le monde, conformément aux Objectifs de développement durable Note de bas de page vii de l’ONU à l’horizon 2030.

En 2016, CFC a également dirigé une délégation venue présenter aux Nations Unies les rapports du Canada sur sa mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes Note de bas de page viii . À la suite de cette présentation, le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes a publié le 18 novembre 2016 ses observations finales sur les rapports périodiques du Canada, où il recommande des moyens pour remédier aux enjeux mis en lumière au pays concernant la mise en œuvre de la Convention. Le budget de 2017 contient des engagements qui répondent à certaines recommandations du Comité et, au cours des années à venir, CFC continuera de collaborer avec d’autres ministères fédéraux, les provinces et les territoires pour donner suite à ces recommandations.

En 2016-2017, CFC a commémoré par diverses initiatives certaines dates d’importance, mettant en lumière les accomplis progrès en matière d'égalité des sexes et les enjeux qui s’y rattachent.

  • Pour la première fois, CFC a utilisé un même thème — « Grâce à elles » — pour les trois commémorations d’octobre, soit : le Mois de l’histoire des femmes, la Journée internationale des filles et la Journée de l'affaire « personne ». Il a cherché de cette façon à créer un effet de synergie tout au long du mois. La portée du thème a en outre été amplifiée par une forte campagne dans les médias sociaux. Vue par plus de 790 000 personnes, elle encourageait la population à témoigner de l’influence que des femmes et des filles avaient eue sur leur parcours de vie.
  • Devant le désir des Canadiennes et Canadiens appelant à la création d’outils pour modifier les attitudes et comportements à l'égard de la VFS et de l’égalité des sexes, en particulier chez les jeunes, CFC a mené la campagne Vos #GestesComptent dans les médias sociaux pendant les 16 jours d'activisme contre la violence fondée sur le sexe. Il a publié de la documentation expliquant comment prévenir la VFS et des statistiques sur les populations touchées de façon disproportionnée par violence fondée sur le sexe, notamment les femmes et les filles autochtones. Ses vignettes sur les blagues sexistes humiliantes et les normes de genre ont été vues quelque 468 000 fois dans les médias sociaux pendant la campagne.
  • La Journée internationale des femmes est une occasion d’évaluer le progrès de l’égalité des sexes et d’honorer l’apport de femmes d’hier et d’aujourd’hui, au Canada et ailleurs dans le monde. En mars 2017, CFC l’a marquée en publiant de la documentation pour le personnel enseignant, en créant une série de vignettes conçues pour pour briser les stéréotypes de genre, de même qu’en menant dans les médias sociaux une campagne autour du mot-clic #égalitécompte — vue par plus d’un million de personnes.
  • Six Canadiennes d’exception ont reçu un Prix du Gouverneur général en commémoration de l’affaire « personne » Note de bas de page ix lors d'une cérémonie tenue à Winnipeg (Manitoba) pour marquer le centenaire du droit de vote des femmes dans cette province. La Journée de l’affaire « personne » rend hommage aux Canadiennes et Canadiens qui font avancer l’égalité des sexes et commémore la célèbre cause juridique, à l’issue de laquelle les femmes ont été officiellement reconnues comme des personnes en 1929. Concurremment à la remise des prix, CFC s’est associé au Musée canadien des droits de la personne pour inviter des élèves de la région de Winnipeg à participer à une journée d’activités sur l’égalité des sexes.

Toutes les initiatives de CFC sont choisies et conçues à la lumière d’analyses qui assurent que le travail du gouvernement tient compte des effets différentiels que ses décisions pourraient avoir sur les femmes et les hommes – autrement dit à la lumière d’ACS+.

En collaboration avec le Bureau du Conseil privé et le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, CFC a progressé dans la mise en œuvre du plan d’action Note de bas de page x pour renforcer l’utilisation de l’ACS+ dans l’administration fédérale  en 2016-2017. Afin d’assurer une meilleure intégration de l’ACS+ à l’ensemble des initiatives fédérales, CFC a donné des conseils sur bon nombre de grandes initiatives stratégiques, dont l’Examen de la politique de défense, le Plan pour l'innovation et les compétences du gouvernement, le plan Investir dans le Canada (Infrastructure) et la Stratégie nationale en matière de logement. Conformément au mandat de sa ministre, CFC a collaboré avec le Secrétariat du Conseil du Trésor pour intégrer l’ACS+ à la Politique sur les résultats du gouvernement afin de s’assurer que les ministères tiennent compte de celle-ci dans l’établissement de leurs nouveaux cadres de résultats.

Près de 60 000 fonctionnaires de l'administration fédérale ont suivi le cybercours de CFC, intitulé Introduction à l’analyse comparative entre les sexes PLUS Note de bas de page xi . De plus, 70 conseillères et conseillers en matière de genre ont suivi une formation approfondie de deux jours sur l’ACS+ pour être en mesure d’en appuyer la mise en œuvre dans leur ministère ou organisme; en tout, 30 ministères et organismes différents y étaient représentés.

Pour appuyer la ministre dans l’exécution de son mandat, CFC a resserré ses partenariats avec les organismes de sécurité publique. Il a notamment créé à cette fin un réseau d'ACS+ réunissant les organismes fédéraux du secteur de la protection civile, de la sécurité, de l’immigration, des services correctionnels et de la défense. Le réseau favorise l’échange d’information, ainsi que la collaboration dans la conception d’outils et de cours adaptés au contexte opérationnel de ces organismes. CFC poursuit sa collaboration avec la GRC et d’autres partenaires autour du recrutement et de la formation : il s’agit d’une part de s'assurer que, tout au long du cycle d’apprentissage professionnel, la formation offerte aux agentes et agents d'application de la loi tienne bien compte des considérations de genre et de diversité dans sa conception comme dans sa prestation; il s’agit d’autre part de garantir que les processus de recrutement sont inclusifs et sans préjugés. En février 2017, grâce à un partenariat entre CFC et le Centre d’apprentissage interculturel d’Affaires mondiales Canada, les analystes des politiques et le personnel opérationnel de la GRC ont reçu une formation avancée sur l’ACS+ adaptée à la réalité du secteur de la sécurité.

Lors de la Semaine de sensibilisation à l’ACS+ 2016, la ministre de la Condition féminine a lancé sur les médias sociaux un défi aux parlementaires : suivre le cybercours sur l’ACS+. Plus de 460 parlementaires et membres de leur personnel ont relevé le défi.

Le 31 mars 2017, CFC a fait le point sur la mise en œuvre du Plan d’action sur l’ACS au Comité permanent de la condition féminine Note de bas de page xii et au Comité permanent des comptes publics Note de bas de page xiii .

Résultats atteints
Résultats attendus Indicateurs de rendement Cible Date d’atteinte de la cible Résultats réels
2016-2017
Résultats réels
2015-2016
Résultats réels
2014-2015

Les principales parties intéressées Note de table 1disposent de conseils et de renseignements pour s’attaquer aux enjeux liés à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Nombre d’interventions menées par CFC Note de table 2 qui permettent de fournir des conseils et de l’information en vue de s’attaquer aux enjeux liés à l’égalité entre les femmes et les hommes. 6 Mars 2017 6 6 5

Les responsables du gouvernement fédéral et les principales parties intéressées Note de table 3 connaissent mieux l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+).

Pourcentage des répondantes et des répondants qui disent que leur connaissance de l'ACS+ s'est améliorée grâce à la formation ou aux activités sur l'ACS+.

80 % Mars 2017 96 % 86 % 93 %

On tient au Canada des célébrations ou des activités de commémoration visant à promouvoir l’égalité pour les femmes et les filles.

Nombre d’événements ou d’activités de célébration et de commémoration tenus par CFC au Canada.

10 Mars 2017 10 Note de table * S.o. Note de table * S.o.
Ressources financières budgétaires (en dollars)
Budget principal des dépenses
2016-2017
Dépenses prévues
2016-2017
Autorisations totales pouvant être utilisées
2016-2017
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2016-2017
Écart
(dépenses réelles moins dépenses prévues)
2016-2017
2 144 659 2 144 659 3 526 759 2 890 415 745 756
Ressources humaines (équivalents temps plein ou ETP)
Nombre d’ETP prévus
2016-2017
Nombre d’ETP réels
2016-2017
Écart (nombre d’ETP réels moins nombre d’ETP prévus)
2016-2017
18 19 1

Nom du programme : Avancement de l’égalité pour les femmes

Description

Dans le cadre de ce programme, CFC appuie l’action et l’innovation en investissant dans des projets qui conduisent vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Il s’agit d’un programme de subventions et contributions pour les organismes canadiens qui mènent à l’échelon communautaire des projets contribuant au progrès de l’égalité dans les collectivités du Canada. Les projets financés sont de portée nationale, régionale ou locale et aident à créer des conditions propices à la réussite des Canadiennes. Les projets sont axés sur l’amélioration de la situation économique et sociale des femmes et leur participation à la vie démocratique. De nature et portée variées, ils emploient un éventail de méthodes et de stratégies pour répondre aux enjeux complexes qui touchent les femmes. Concrètement, le programme investit dans des projets qui intègrent des considérations relatives au genre et qui augmentent ou améliorent l’accès à une gamme de possibilités, de services et de ressources (soutien, information, outils, etc.). Ces projets comptent sur la participation des parties intéressées, comme des groupes de femmes, des organismes communautaires, des institutions publiques et le secteur privé. Le programme facilite également la collaboration, le réseautage et les partenariats pour promouvoir l’égalité entre les sexes et l’avancement des femmes au Canada. CFC facilite le réseautage, crée au besoin des partenariats pour répondre aux questions transversales touchant les femmes et les filles, échange des connaissances et aide les organismes œuvrant pour les femmes au progrès de l’égalité des sexes à accéder aux connaissances, aux ressources et aux outils.

Résultats

En 2016-2017, le Programme de promotion de la femme de CFC a contribué à l’avancement de l’égalité pour les femmes en investissant 20,5 millions de dollars dans quelque 300 projets nouveaux et en cours à l'échelle locale, régionale et nationale. En juillet 2016, le gouvernement a rétabli l’admissibilité des activités de revendication dans le cadre des projets financés. Cette modification favorise les efforts visant à faire progresser les questions d’égalité et aidera les organismes financés à mettre en œuvre des initiatives plus susceptibles d’avoir des répercussions profondes et durables pour les femmes du Canada. Les projets financés misent sur la recherche de solutions concrètes pour aplanir les obstacles sociaux et économiques auxquels se butent les femmes, notamment par la création de leviers, le partenariat et la transformation des institutions et systèmes qui entravent le progrès et l’avancement des femmes.

Pour la première fois, CFC a lancé un appel de propositions portant exclusivement sur des projets ciblant les femmes et les filles autochtones, afin de leur donner voix au chapitre sur les enjeux qui les touchent directement ou qui nuisent à leur avancement dans les différents aspects de la vie. Environ 5 millions de dollars seront investis sur trois ans dans des projets portant sur l’un des quatre thèmes suivants : la violence faite aux femmes et aux filles autochtones; les droits de la personne et la gouvernance; la prospérité économique; la santé et le bien-être.

En octobre 2016, un deuxième appel de propositions a été lancé en l’honneur du 150e anniversaire de la Confédération. Il visait à mobiliser quelque 150 cheffes de file de secteurs, organismes et milieux divers afin de promouvoir l’égalité des sexes. En plus de travailler à des projets locaux, ces cheffes de file participent à un réseau pancanadien d’appui à l’action féministe pour faire avancer l’égalité entre les sexes sur la scène nationale. Pour les femmes et les organismes participants, le réseau offrira une occasion hors du commun de conjuguer leurs efforts et d’œuvrer simultanément au niveau local et pancanadien pour l’égalité entre les sexes.

En 2016, à l’appui du mandat de la ministre, le Programme de promotion de la femme a également versé des fonds à Hébergement femmes Canada pour un projet de trois ans visant à améliorer le soutien aux femmes victimes de violence. Ce projet permettra de dresser un profil national des maisons d’hébergement qui fournira des renseignements sur leur capacité d’accueil, les services qui y sont offerts, leur financement, leur infrastructure et leurs ressources humaines. Les activités du projet orienteront les changements stratégiques dans le secteur des refuges.

Plusieurs projets menés à terme en 2016 visaient à affermir la collaboration entre les centres d’aide aux victimes d’agression sexuelle et leurs partenaires communautaires, afin de cerner les pratiques prometteuses et de coordonner les efforts pour améliorer les interventions. Sur une période de trois ans, des stratégies de collaboration ont été mises en œuvre par diverses parties prenantes, notamment des groupes de femmes, des organismes communautaires, des prestataires de services, des gouvernements provinciaux, des services policiers, des établissements d’enseignement, des hôpitaux et des services de santé. Les projets financés ont contribué à mieux faire connaître les services locaux ou régionaux existants, ainsi qu'à accroître les services et les nouveaux investissements d'autres parties prenantes. De plus, des partenariats interprovinciaux ont vu le jour grâce à un réseau de centres d’aide aux victimes d’agression sexuelle, ce qui s’est traduit par un échange de pratiques prometteuses et la conception de plus amples solutions collaboratives.

En 2016-2017, CFC a entrepris une évaluation du Programme de promotion de la femme, qui a déterminé que celui-ci demeure pertinent et que les investissements de CFC répondent aux besoins des femmes au Canada. Les trois axes d’intervention du Programme — à savoir, la violence, la prospérité économique et la participation au pouvoir — demeurent des domaines où persistent d’importantes disparités entre les sexes au Canada. Les responsables de l’évaluation ont formulé trois recommandations dans les domaines suivants :

  • Continuer de financer des projets qui favorisent le changement systémique;
  • Consacrer plus d’efforts à l’application et à la diffusion des connaissances à l’échelle du Programme;
  • Améliorer la capacité du Programme dans son ensemble à appuyer les bénéficiaires du financement tout au long du cycle de vie du projet.

CFC a commencé à mettre en œuvre ces recommandations.

Résultats atteints
Résultats attendus Indicateurs de rendement Cible Date d’atteinte de la cible Résultats réels
2016-2017
Résultats réels
2015-2016
Résultats réels
2014-2015
Les femmes et les collectivités peuvent obtenir de l'aide pour traiter des enjeux liés à l’égalité entre les sexes. Les femmes et les collectivités peuvent obtenir de l'aide pour traiter des enjeux liés à l’égalité entre les sexes. 80 % Mars 2017 90 % 90 % 70 %
Les collectivités et les parties prenantes ont des occasions de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes. Pourcentage de projets qui créent des possibilités (c.-à-d. des partenariats,  des réseaux, ou des stratégies) 80 % Mars 2017 85 % 85 % 80 %
Ressources financières budgétaires (en dollars)
Budget principal des dépenses
2016-2017
Dépenses prévues
2016-2017
Autorisations totales pouvant être utilisées
2016-2017
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2016-2017
Écart
(dépenses réelles moins dépenses prévues)
2016-2017
25 34 251 25 341 251 25 840 651 25 199 902 (141 349)
Ressources humaines (équivalents temps plein ou ETP)
Nombre d’ETP prévus
2016-2017
Nombre d’ETP réels
2016-2017
Écart (nombre d’ETP réels moins nombre d’ETP prévus)
2016-2017
38 43 5

Services internes

Description

Les services internes sont des groupes d’activités et de ressources connexes qui sont gérés de façon à répondre aux besoins des programmes et des autres obligations générales d’une organisation. Les services internes comprennent uniquement les activités et les ressources destinées à l'ensemble d'une organisation et non celles fournies à un programme particulier. Les groupes d'activités sont les suivants : services de gestion et de surveillance, services des communications, services juridiques, services de gestion des ressources humaines, services de gestion des finances, services de gestion de l’information, services des technologies de l’information, services de gestion des biens immobiliers, services de gestion du matériel, et services de gestion des acquisitions.

Résultats

CFC a ouvert un compte Instagram lors de la Journée internationale des femmes, le 8 mars 2017, dans le but de fournir au public de l’information plus opportune et plus précise sur ses activités, programmes et initiatives, ainsi que pour accroître la portée de ses communications et de ses efforts de mobilisation.

En 2016-2017, CFC a pris des mesures précises pour favoriser un milieu de travail sain conformément à la norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail. Ces mesures incluent :

  • la nomination d’une championne de la santé mentale pour assurer un leadership soutenu et actif à ce sujet;
  • la sensibilisation du personnel au continuum de la santé mentale en milieu de travail et aux services de soutien offerts;
  • des échanges avec les comités de santé et de sécurité au travail et les membres du personnel, qu’on a encouragé à participer aux mesures et interventions en matière de santé et sécurité psychologiques dans chaque lieu de travail.
Ressources financières budgétaires (en dollars)
Budget principal des dépenses
2016-2017
Dépenses prévues
2016-2017
Autorisations totales pouvant être utilisées
2016-2017
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2016-2017
Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
2016-2017
4 250 414 4 250 414 6 970 323 7 179 299 2 928 885
Ressources humaines (équivalents temps plein ou ETP)
Prévues 2016-2017 Réelles 2016-2017                                    Écart 2016-2017                               (ressources prévues moins ressources réelles)
42 51 9
Date de modification :