Cahier de breffage ministériel de Condition féminine Canada
Les femmes et les filles au Canada

Octobre 2015

Objet de notre exposé

Vue d’ensemble

Les femmes sont essentielles au succès du pays, mais elles font face à des défis persistants.

L’appel au changement a été lancé sur bien des tribunes

Angel Gurria

« Nous aspirons à une société dans laquelle les hommes et les femmes jouissent des mêmes possibilités…nous ne pouvons briser les stéréotypes sexistes si l’égalité entre les sexes n’est revendiquées que par les femmes, pour les femmes, sans que les hommes ne soient mobilisés. »

Angel Gurria, secrétaire général, OCDE (2015)
Kathleen Wynne

« Je mets tout le monde au défi, dans cette province, de se lever et d’aider à mettre un terme à la violence sexuelle…Si nous nous contentons de parler de choses qui ne nous dérangent pas, nous n’allons jamais rien régler. »

Kathleen Wynne, première ministre de l’Ontario (2015)
Hillary Clinton

« À l’échelle des entreprises autant qu’à l’échelle des États, il y a une corrélation entre les possibilités offertes aux femmes et la réussite économique. Il faut donc que les gouvernements y voient, de même que les individus en position d’amener un changement. »

Hillary Clinton, ancienne secrétaire d’État des É.-U. (2014)
Christine Lagarde

« Dans un trop grand nombre de pays, de multiples restrictions juridiques empêchent les femmes d’être actives sur le plan économique. Dans un monde en quête de croissance, on ne peut se passer des femmes. Elles y contribueront si, au lieu de créer des obstacles insidieux, les règles du jeu sont équitables. »

Christine Lagarde, directrice générale, FMI (2015)

Contexte : la situation au Canada

Outre l’incertitude économique à moyen terme, il faudra tenir compte de l’évolution continue des tendances sociodémographiques.

Éducation et formation professionnelle

Les femmes ont fait des gains sur le marché du travail, ce qui se traduit par de meilleurs revenus.

Toutefois, elles demeurent sous-représentées dans bon nombre de secteurs ayant de grands besoins de main-d’œuvre.

* Science, technologie, génie et mathématique

Emploi et sécurité économique

Les femmes ont presque atteint la parité avec les hommes en fait de participation à la population active, mais…

… elles n’ont pas encore atteint la parité salariale et le Canada se classe sous la moyenne de l’OCDE à ce chapitre.

Pouvoir et participation démocratique

Davantage de femmes prennent leur place aux conseils d’administration, parmi les cadres supérieurs et dans l’arène politique…

… par conséquent, si la culture prévalant dans les milieux de travail et les attitudes sociétales ne changent pas, les progrès seront lents

Violence et harcèlement

Malgré les gains réalisés par les Canadiennes dans tous les aspects de la vie, le harcèlement et la violence sexistes demeurent répandus…

… ce qui nous interpelle sur les meilleures façons de rendre la violence socialement inacceptable au Canada.

Les marginales : encore plus d’obstacles

Si, dans l’ensemble, la situation des Canadiennes est enviable, des variables clés font en sorte que certains groupes de femmes ont un parcours plus difficile…

Femmes du Nord et des régions rurales

Femmes immigrantes

Femmes handicapées

Femmes autochtones

…les femmes marginalisées s’en tirent donc moins bien au final.

Le Canada à l’échelle internationale

Le Global Gender Gap Index Report (2014) du Forum économique mondial classe le Canada 19e sur 142 États du point de vue de l’égalité entre les sexes...

Cela dit, le Canada accuse du retard pour certains indicateurs clés :

Égalité des sexes : l’engagement du Canada

Un engagement de longue date, qui est solidement enchâssé

Engagements internationaux

Garanties prévues par la loi

Politiques et lignes directrices

… mais on pourrait en faire plus.

Si la tendance se maintient

Si les gouvernements ne font rien et laissent la société canadienne et les marchés dicter le cours des choses…

Emploi

Pouvoir

Violence

…ces importants enjeux vont limiter le potentiel social et économique du Canada.

Action catalytique des gouvernements

L’étendue et la nature des investissements réalisés pour améliorer la condition des femmes et des filles pourront varier, toutefois…

… ils stimuleront à coup sûr l’économie et créeront de nouveaux débouchés pour toute la population canadienne.

Les pratiques exemplaires de par le monde

Moyen Exemples
Mesures législatives
  • Quota d’administratrices et de cadres supérieures (Norvège, Royaume-Uni)
  • Règles de représentation des filles dans les médias (France)
  • Quota de diversification de la chaîne fédérale d’approvisionnement (É.-U.)
  • Parité salariale à l’échelle nationale (la « Loi Lilly-Led better » aux É.-U.)
Incitatifs fiscaux
  • Réductions d’impôt pour les petites entreprises (cible les entreprises à propriété féminine aux É.-U.)
  • Incitatifs fiscaux pour les sociétés qui s’approvisionnent auprès d’entreprises appartenant à des femmes (É.-U.)
Subventions et prêts
  • Bourses aux femmes qui étudient dans les STEGMA, sur le modèle de l’ancienne bourse canadienne aux étudiantes en médecine (aux É.-U., décernées par la US National Science Foundation)
  • Prêts ciblés pour les femmes qui étudient dans un domaine où existe une pénurie de main-d’œuvre et où les femmes sont sous-représentées (É.-U.)
  • Subventions fédérales (logement, études, transport, etc.) pour les parents seuls (É.-U.)
Politiques
  • Quotas « paternels » réservant une partie du congé parental à l’autre parent — perdue si inutilisée (Norvège, Suède, Islande)
  • Mesures pour faciliter l’accès des entreprises à propriété féminin à la chaîne fédérale d’approvisionnement (É.-U.)
  • Utilisation des dispositions existantes sur les congés rémunérés pour faciliter le retour au travail après un congé de maternité (Belgique)
  • Création de débouchés équitables pour les femmes soutenue par le processus budgétaire (Autriche)
  • Programme fédéral de formation et de soutien à l’entrepreneuriat féminin (É.-U., Département des petites entreprises)
  • Plans d’actions multisectoriels de lutte contre la violence faite aux femmes (É.-U., Australie et Royaume-Uni)
  • Stratégie nationale sur la garde des enfants (à travers l’Union européenne)
Mercatique sociale
  • Médias conventionnels et sociaux utilisés pour promouvoir un débat national sur les différents visages de la violence faite aux femmes (exemples récents au Royaume-Uni, en Australie et aux É.-U.)
  • Campagne pour encourager l’apprentissage de la citoyenneté chez les femmes et les filles ainsi que pour les inciter à briguer les suffrages (É.-U.).

Annexes

Éducation et formation professionnelle

Emploi et prospérité économique

Pouvoir et participation démocratiques

Violence et harcèlement

Éducation et formation professionnelle : les diplômées de niveau postsecondaire

Diplôme d'études postsecondaires, selon l'âge et le sexe, Canada, 2012
(en pourcentage)

Diplôme d'études postsecondaires, selon l'âge et le sexe, Canada, 2012 (en pourcentage)

Source : Calculs de RHDCC basés sur les données de Statistique Canada. Tableau 282-0004 - Enquête sur la population active (EPA), estimations selon le niveau de scolarité atteint, le sexe et le groupe d'âge, annuel (personnes sauf indication contraire), CANSIM (base de données).

[Version textuelle du graphique sur les Diplôme d'études postsecondaires, selon l'âge et le sexe, Canada, 2012 (en pourcentage)]
Diplôme d'études postsecondaires, selon l'âge et le sexe, Canada, 2012
Hommes Femmes
25-44 ans 65,1 73,2
65 ans et plus 45,9 35,4

Éducation et formation professionnelle : les femmes dans les STEGMA

Les femmes de 25 à 34 ans détenaient 59 % des diplômes universitaires en sciences et technologie, mais 23 % de ceux en génie et 30 % de ceux en mathématiques et en informatique.

Ainsi, 39 % des 132 500 femmes de 25 à 34 ans titulaires d’un diplôme dans une discipline des STEGMA* avaient fait des études en génie, en mathématiques ou en informatique.

Nombre de titulaires d'un diplôme universitaire dans les STEGMA âgés de 25 à 34 ans, selon le sexe, 2011

Nombre de titulaires d'un diplôme universitaire dans les STEGMA âgés de 25 à 34 ans, selon le sexe, 2011

Note : STGM comprend sciences, technologies, génie, mathématiques et sciences informatiques.
Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages, 2011.

* Remarque: abréviation utilisée par Statistique Canada pour désigner les STEGMA (sciences, technologie, génie et mathématique)

[Version textuelle du graphique sur le Nombre de titulaires d'un diplôme universitaire dans les STEGMA âgés de 25 à 34 ans, selon le sexe, 2011]

L’image montre un graphique à barres contenant deux barres distinctes. Celle de gauche présente les données pour les femmes; celle de droite, les données pour les hommes. Chaque barre contient trois couleurs. Le bleu foncé représente les sciences et technologies; le bleu pâle, le génie; et le rouge, les mathématiques et les sciences informatiques.

La première barre du graphique montre que moins de 150 000 étudiantes (environ) ont été diplômées dans les STEGMA en 2011. La plupart d’entre elles provenaient des sciences et technologies; c’est dans les mathématiques et les sciences informatiques qu’on trouvait le nombre le moins élevé de diplômées.

La seconde barre montre qu’un peu plus de 200 000 étudiants ont été diplômés dans les STEGMA en 2011 (environ). La majorité d’entre eux étaient dans un programme de génie; c’est dans les mathématiques et les sciences informatiques qu’on trouvait le nombre le moins élevé de diplômés.

Éducation et formation professionnelle : les femmes de métier

La santé, le génie et l’informatique sont les domaines où les besoins de main-d’œuvre tendent à être les plus grands. Ce sont aussi des domaines où l’on observe des taux élevés de polarisation sexuelle.

Les recherches laissent croire que les aspirations de carrière et les attentes professionnelles se forment à un âge très jeune âge et qu’elles diffèrent grandement selon le sexe.

Cette tendance est commune à tous les pays de l’OCDE.

Pourcentage des jeunes de 15 ans qui prévoient faire carrière en santé, en génie ou en informatique

Pourcentage des jeunes de 15 ans qui prévoient faire carrière en santé, en génie ou en informatique

[Version textuelle du graphique sur le Pourcentage des jeunes de 15 ans qui prévoient faire carrière en santé, en génie ou en informatique]
Pourcentage des jeunes de 15 ans qui prévoient faire carrière en santé, en génie ou en informatique
Filles Garçons
Services de santé 25,8 11,6
Génie ou informatique 3,2 18,8

Source : Regards sur l’éducation, OCDE, 2012.

Emploi et prospérité économique : écart salarial selon le type de compétences

Au chapitre de l’écart salarial entre les sexes, les femmes ont frappé un mur.

Les femmes de 45 à 54 ans gagnent en moyenne 23 600 $ de moins que les hommes de la même cohorte, ce qui est pratiquement le même revenu qu’il y a cinq ans, bien que l’écart soit moindre qu’en 2000.

L’écart salarial selon le sexe est plus prononcé dans certains secteurs (voir ci-dessous).

Types de compétences Hommes Femmes Ratio (F/H)
En dollars courants
Professions de la santé 28,6$ 27,6$ 0,97
Arts, culture, loisirs et sport 27,1$ 25,4$ 0,94
Sciences naturelles et appliquées, et métiers connexes 34,5$ 30,7$ 0,89
Sciences sociales, éducation, services gouvernementaux et religion 33,2$ 29,6$ 0,89
Postes de gestion 39,6$ 34,5$ 0,87
Professions liées aux affaires, aux finances et à l’administration 26,1$ 22,3$ 0,85
Métiers, transport et machinerie 24,8$ 19,5$ 0,79
Ventes et services 21,1$ 15,9$ 0,75
Transformation, fabrication et services d’utilité publique 22,1$ 16,2$ 0,73
Professions propres au secteurprimaire 24,8$ 16,4$ 0,66

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active*, main-d’œuvre âgée de 25 à 54 ans

Emploi et prospérité économique: données de l’OCDE sur la rémunération et la participation au marché du travail

En fait de participation au marché du travail, l’écart entre Canadiennes et Canadiens est de seulement 7,3 % chez les 15 à 64 ans; c’est l’écart le plus faible entre les sexes parmi les pays du G20

Avec un écart salarial de 19,2 %, le Canada se classe 10e sur les 15 pays du G20 pour lesquels on dispose de données comparables.

Emploi et prospérité économique: données de l’OCDE sur la rémunération et la participation au marché du travail

Source: G20 labour markets: outlook, key challenges and policy responses, OIT, OCDE, Banque mondiale, 2014

[Version textuelle du graphique sur la Participation au marché du travail, écart entre les sexes dans les pays de l’OCDE]

L’image montre un graphique à barres qui représente, en ordre croissant de grandeur, l’écart dans le taux de participation des femmes et des hommes au marché du travail de 21 États, soit : le Canada (moins de 10 %), la France, l’Allemagne, la Fédération de Russie, l’Espagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Australie, l’Union européenne, l’Afrique du Sud, la Chine, le Japon, l’Italie, la Corée du Sud, le Brésil, l’Argentine, l’Indonésie, le Mexique, la Turquie, l’Inde et l’Arabie saoudite (près de 60 %).

[Version textuelle du graphique sur l'Écart salarial entre les sexes dans les pays de l’OCDE]

L’image montre un graphique à barres qui représente, en ordre croissant d’importance, l’écart salarial entre les femmes et les hommes dans quinze pays de l’OCDE, soit : l’Espagne (un peu moins de 10 %), l’Italie, l’Union européenne, l’Allemagne, l’Australie, la France, le Mexique, l’Indonésie, le Royaume-Uni, le Canada (un peu moins de 20 %), les États-Unis, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud et la Fédération de Russie (un peu moins de 40 %).

Emploi et prospérité économique : familles monoparentales et faible revenu

Enfants de familles économiques dirigées par une mère seule, incidence du faible revenu, selon les SFR après impôt (2011)

Enfants de familles économiques dirigées par une mère seule, incidence du faible revenu, selon les SFR après impôt (2011)

[Version textuelle du graphique sur les Enfants de familles économiques dirigées par une mère seule, incidence du faible revenu, selon les SFR après impôt (2011)]

L’image montre un graphique linéaire illustrant le pourcentage d’enfants qui vivaient dans une famille économique à faible revenu entre 2002 et 2011, représenté par une ligne bleue; il le compare au pourcentage d’enfants qui vivaIent dans une famille économique à faible revenu dirigée par une mère seule, représenté par une ligne rouge. On peut voir que, durant la période, l’incidence de faible revenu a diminué considérablement pour les enfants vivant dans une famille économique dirigée par une mère seule, passant d’environ 45 % à moins de 25 %. Ce taux est toutefois resté bien supérieur à l’incidence de faible revenu chez les enfants d’autres types de familles économiques, qui n’a guère changé entre 2002 et 2011, passant d’un peu plus de 10 % à un peu moins de 10 %.

Emploi et prospérité économique : aînées et faible revenu

Faible revenu parmi les femmes et les hommes de 65 ans et plus, par sexe, selon les SFR après impôt

Faible revenu parmi les femmes et les hommes de 65 ans et plus, par sexe, selon les SFR après impôt

[Version textuelle du graphique sur le Faible revenu parmi les femmes et les hommes de 65 ans et plus, par sexe, selon les SFR après impôt]

L’image montre un graphique linéaire illustrant l’incidence du faible revenu entre 2002 et 2011 chez quatre populations, à savoir : les hommes de 65 ans et plus en général, les femmes de 65 ans et plus en général, ainsi que les aînées et les aînés vivant seuls.

On peut voir que les aînées vivant seules ont la plus forte incidence de faible revenu, soit un peu plus de 20 % en 2002 et un peu moins de 15 % en 2011. Ces taux sont de 15 % et 10 % pour les aînés vivant seuls. L’incidence du faible revenu est généralement plus forte chez les femmes de 65 ans et plus que chez les hommes du même groupe d’âge. Elle était de plus de 5 % en 2011, alors que chez les hommes, elle s’établissait à moins de 5 %.

Emploi et prospérité économique : les femmes et le travail à temps partiel

Emploi et prospérité économique : les femmes et le travail à temps partiel

Les femmes représentent une grande partie de la main-d’œuvre permanente à temps partiel. En 2013, la proportion de femmes occupant un emploi permanent à temps partiel était de 70,8% (environ 1,4 million de femmes). Par comparaison, la proportion de femmes occupant un emploi permanent à temps plein était de 45,6%.

En 2013, 21,4% de toutes les travailleuses permanentes étaient des employées à temps partiel, contre 8,6% des travailleurs.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2013.

[Version textuelle du graphique sur l'Emploi et prospérité économique : les femmes et le travail à temps partiel"]
Emploi et prospérité économique : les femmes et le travail à temps partiel
Hommes Femmes
15 à 24 56,7% 77,6%
25 à 24 7,1% 24,4%
35 à 44 4,7% 24,2%
45 à 54 4,1% 23,6%
55 à 64 8.5% 31.9%
65+ 22,4% 52,0%

Emploi et prospérité économique : les femmes et la prestation de soins

Les femmes sont plus susceptibles que les hommes de fournir des soins, que ce soit à des enfants ou à des proches.

Les femmes sont également plus susceptibles de voir leurs responsabilités d’aidantes se répercuter sur leur travail. Ces répercussions incluent des absences et une réduction du nombre d’heures travaillées.

Les femmes consacrent un plus grand nombre d'heures que les hommes à la prestation de soins

Les femmes consacrent un plus grand nombre d'heures que les hommes à la prestation de soins

† catégorie de référence
* différence significative par rapport à la catégorie de référence à p < 0,05
Source : Statistique Canada, Enquête sociale générale, 2012.

[Version textuelle du graphique sur Les femmes consacrent un plus grand nombre d'heures que les hommes à la prestation de soins"]

L’image montre un graphique à barres qui illustre le nombre d’heures que les femmes consacrent à la prestation de soins chaque semaine comparativement aux hommes, la catégorie de référence. On peut voir que la proportion de femmes consacrant plus de 20 heures à des soins est supérieure à celle des hommes, soit 15 % comparativement à 10 %. Inversement, la proportion de femmes ayant consacré moins d’une heure aux soins est inférieure à celle des hommes, soit 25 % comparativement à 30 %. Dans les deux cas, il y a un écart substantiel entre les femmes et les hommes.

Pouvoir et vie démocratique : les femmes occupant des postes de responsabilité

Le taux de participation des femmes dans le secteur des affaires et des finances a augmenté de plus de 44 % entre 1987 (38,3 %) et 2009 (55,2 %).

En 2009, les femmes représentaient 37 % des gestionnaires, une augmentation de près de 23 % depuis 1979 (30,1 %).

Pouvoir et vie démocratique : les femmes occupant des postes de responsabilité
[Version textuelle du graphique sur le Pouvoir et vie démocratique : les femmes occupant des postes de responsabilité]
Pouvoir et vie démocratique : les femmes occupant des postes de responsabilité
Les Canadiennes dans les entreprise Pourcentages
Population active 47,3%
Gestionnaires 35,7%
Hauts cadres 18,1%
Conseils d'administration 15,9%
Hauts salaires 6,9%
PDG/Chef de la direction 4,9%

Pouvoir et participation démocratique : les femmes aux CA

Représentation des femmes aux CA d’entreprises inscrites à l’indice boursier canadien

Représentation des femmes aux CA d’entreprises inscrites à l’indice boursier canadien
[Version textuelle du graphique sur la Représentation des femmes aux CA d’entreprises inscrites à l’indice boursier canadien"]

Le graphique montre un cercle divisé verticalement en deux sections. La ligne séparant les deux sections représente le seuil de « Parité ». Un peu plus du tiers de la section de gauche est en bleu foncé : elle représente les femmes, qui occupent 20,8 % des sièges. Le reste du cercle, en bleu pâle, représente les hommes.

Pouvoir et participation démocratique : le Canada sous la moyenne de l’OCDE pour la proportion d’administratrices

Le Canada a fait des progrès depuis la dernière analyse de l’OCDE, mais se classe encore sous la moyenne des pays de l’OCDE en fait de participation des femmes aux CA.

Les femmes sont sous-représentées aux conseils d’administration des entreprises

Représentation des femmes aux conseils d’administration des sociétés cotées en bourse dans le monde, 2009

Données de l’OCDE, 2012

[Version textuelle du graphique sur la Représentation des femmes aux conseils d’administration des sociétés cotées en bourse dans le monde, 2009"]

L’image montre un graphique à barres qui illustre , en ordre croissant de grandeur, le pourcentage de sièges détenus par les femmes aux conseils d’administration dans les pays suivants : Japon (moins de 5 %), Canada (un peu plus de 5 %), Irlande, Royaume-Uni, OCDE (environ 10 %), États-Unis, Finlande, France, Suède et Norvège (plus de 35 %).

Pouvoir et participation démocratique: les dirigeantes nommées par le gouvernement fédéral

En date du 30 juin 2015, les femmes représentaient 34 % des nominations faites par le gouverneur en conseil.

Secteur Pourcentage de Femme nommées
Tribunaux administratifs 37%
Organismes, conseils et commissions 33%
Sociétés d'État 33%
Sous-ministres 42%
Nominations diplomatiques 28%
Nominations de juges 34%
Total: 34%

Source: PCO, 2014

Pouvoir et participation démocratique: les femmes cadres dans la fonction publique fédérale

La représentation des femmes dans la fonction publique a augmenté considérablement au cours des 30 dernières années, mais elle reste plus faible au sein du groupe de la direction.

Les femmes occupent 42 % des postes de direction, bien qu’elles comptent pour 55 % des effectifs de la fonction publique.

Les femmes cadres dans la fonction publique fédérale

Secrétariat du Conseil du Trésor, 2013

[Version texe du graphique sur Les femmes cadres dans la fonction publique fédérale]
Les femmes sont sous-représentées aux conseils d’administration des entreprises
Année Hommes Femmes
1983 58,2% 41,8%
1988 55,7% 44,3%
1993 52,9% 47,1%
1998 49,6% 50,4%
2003 46,7% 53,3%
2008 45,1% 54,9%
2013 45,0% 55,0%
Sexe EX03 EX04 EX05 Total %
Fonction publique centrale Hommes 492 118 48 658 58 %
Femmes 354 85 32 471 42 %
Total 846 203 80 1 129
Organismes Hommes 143 30 34 207 59 %
Femmes 101 30 12 143 41 %
Total 244 60 46 350
Organismes Hommes 635 148 82 865 58 %
Femmes 455 115 44 614 42 %
Total 1 090 263 126 1 479

Secrétariat du Conseil du Trésor, 2014

Pouvoir et participation démocratique : la participation politique des femmes

Sur les 338 membres du Parlement élus lors des élections fédérales de 2015, 88 sont des femmes – soit 26 % de femmes – ce qui ne représente qu’un point de pourcentage de plus par rapport à la composition du dernier Parlement.

Sièges Candidat Résultat
Élues 88 338 26% 26%
Candidats 472 1428 33.1% 33.1%

Les femmes en politique provinciale

Lors de la dernière élection fédérale, 33 % de tous les candidats étaient des femmes

Selon les Nations Unies, les femmes doivent atteindre un taux de représentation d’au moins 30% pour être adéquatement entendues.

[Version texe du graphique sur Les femmes en politique provinciale]

On trouve sur l’axe y des pourcentages s’échelonnant de 0,00 à 100,00. On trouve sur l’axe x la liste des provinces et des territoires, dans l’ordre suivant (de gauche à droite) : Territoires du Nord-Ouest (TNO), Nunavut (NU), Yukon (YK), Terre-Neuve-et-Labrador (TNL), Île-du-Prince-Édouard (IPE), Nouveau-Brunswick (NB), Nouvelle-Écosse (NS), Québec (QC), Ontario (ON), Manitoba (MB), Saskatchewan (SK), Alberta (AB) et Colombie-Britannique (BC). Les femmes sont représentées par une barre rouge, les hommes par une bleue. Les données sont présentées comme suit (les pourcentages sont approximatifs)

Le graphique est attribué à À voix égales, 2014.

Pouvoir et participation démocratique : le Canada sous la moyenne de l’OCDE

Au Canada, la proportion d’élues fédérales est légèrement inférieure à la moyenne de l’OCDE. Elle est aussi bien en deçà de la représentation atteinte par des pays comme le Rwanda, la Bolivie et Cuba.

Proportion d’élues et quotas de représentation fixés par loi (2012 et 2002)

Proportion d’élues et quotas de représentation fixés par loi (2012 et 2002)

Source: Union interparlementaire (UIP), PARLINE (base de données), et quota Project, Institut international pour la démocratie et l'assistance électorale (IDEA)

[Version texe du graphique sur la Proportion d’élues et quotas de représentation fixés par loi (2012 et 2002)]

L’image montre un graphique à barres qui illustre, en ordre décroissant d’importance, le taux de représentation des femmes aux parlements des pays suivants en 2012 comparativement à 2002 : Suède (45 %), Finlande, Islande, Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, Mexique, Espagne, Allemagne, Nouvelle-Zélande, Slovénie, Portugal, Suisse, Autriche, France, OCDE, Luxembourg, Canada (près de 25 %), Australie, Pologne, Royaume-Uni, République tchèque, Italie, Grèce, Israël, Estonie, République slovaque, États-Unis, Corée, Irlande, Turquie, Chili, Japon et Hongrie (près de 10 %).

Violence et harcèlement : les crimes violents contre les femmes ne diminuent pas au même rythme que les autres crimes violents

Les crimes violents sont à la baisse d’après les données policières, mais ce sont les hommes qui profitent le plus de cette tendance. Entre 2009–2013, les crimes violents contre les hommes ont diminué de 13 %; ceux contre les femmes, de 7 %. Explications possibles:

Victimes de sexe fém. Victimes de sexe masc.
Forme de violence Variation de 2009 à 2013 (%) Variation de 2009 à 2013 (%) Variation moyenne
Homicide -7,17 -23,13 -15,2
Tentative de meurtre -10,21 -20,70 -15,5
Agression physique -13,61 -19,32 -16,5
Agression sexuelle 2,24 7,82 5,0
Moyenne -7,18 -13,00 -10,6

Source : Statistique Canada, Centre canadien de la statistique juridique, Programme de déclaration uniforme de la criminalité

Violence et harcèlement : sous-déclaration de la violence faite aux femmes

Les données sur la violence faite aux femmes viennent essentiellement de deux sources: les données policières(incidents signalés à la police) et les enquêtes sur la victimisation (menées aux cinq ans). Ces dernières indiquent que, dans bien des cas, les femmes ne signalent pas à la police les violences dont elles sont victimes.

Dans le cas de la violence conjugale, elles citent plusieurs raisons, p. ex.: situation gérée par d’autres moyens, problème personnel.

Taux de signalement de la violence conjugale à la police, selon le sexe de la victime, Canada, 1993, 1999, 2004 et 2009

Taux de signalement de la violence conjugale à la police, selon le sexe de la victime, Canada, 1993, 1999, 2004 et 2009

Enquête sociale générale, 2009

[Version texe du graphique sur le Taux de signalement de la violence conjugale à la police, selon le sexe de la victime, Canada, 1993, 1999, 2004 et 2009]

Cette image montre un graphique à barres qui représente le taux de signalement de la violence conjugale par les Canadiennes en 1993, 1999, 2004 et 2009. Le graphique indique que les taux de signalement étaient plus hauts en 1999 et 2004, dépassant 35 %. En 1993, le taux était inférieur à 30 % et en 2009, d’à peu près 30 %.

Violence et harcèlement : impossibilité d’établir avec certitude le taux de violence sexuelle au Canada

Beaucoup d’agressions sexuelles ne sont jamais déclarées.

La pyramide de diminution

La pyramide de diminution
[Version texe du graphique de La pyramide de diminution"]

L’image s’intitule « Pyramide de diminution ». On indique qu’elle provient de la source suivante, en anglais : H. Johnson, (2012). Limits of a criminal justice response: Trends in police and court processing of sexual assault. In Sheehy. E (Ed), Sexual Assault in Canada: Law, Legal Practice, and Women’s Activism. Ottawa: University of Ottawa Press, pp 633-654.

La pyramide se présente sous la forme d’un triangle divisé en sept tranches. La tranche inférieure se lit : « La fréquence réelle des agressions sexuelles ne sera sans doute jamais connue. » La tranche suivante se lit : « 460 000 signalées dans le cadre des enquêtes — 460 000 agressions sexuelles (estimation) par année selon l’Enquête sociale générale de 2004 ». La troisième se lit : « 15 200 signalées à la police — < 10 % des agressions déclarées lors des enquêtes auprès des victimes ont été signalées à la police ». La quatrième se lit : « 13 200 consignées comme un crime — 85 % des agressions sexuelles signalées à la police sont consignées comme des crimes ». La cinquième se lit : « 5 544 accusations — 50 % des crimes consignés d’agression sexuelle débouchent sur des accusations contre le suspect ». L’avant dernière se lit : « 2 824 poursuites — < 50 % des accusés sont poursuivis ». Au sommet de la pyramide, on indique : « 1 046 condamnations — 25 % des accusés sont reconnus coupables d’agression sexuelle ».

Violence et harcèlement : les conséquences de la violence conjugale

Conséquences de la violence conjugale sur les victimes, selon le sece de la victime, Canada, 2009

Conséquences de la violence conjugale sur les victimes, selon le sece de la victime, Canada, 2009

[Version texe du graphique de les Conséquences de la violence conjugale sur les victimes, selon le sece de la victime, Canada, 2009"]

L’image montre un graphique à barres qui illustre les conséquences de la violence conjugale sur les femmes et sur les hommes en ayant été victimes en 2009. On peut voir que plus de 40 % des femmes victimes d’une telle violence ont subi des blessures corporelles, comparativement à moins de 20 % des hommes. Plus de 15 % des femmes ont reçu des soins médicaux (ce qui comprend les femmes ayant subi des blessures corporelles), contre moins de 15 % des hommes. Plus de 10 % des femmes ont été soignées dans un hôpital; on ne sait toutefois pas quelle est cette proportion pour les hommes, puisque les données disponibles , mais on ne dispose pas de données fiables concernant les hommes soignés dans les hôpitauxn’étaient pas assez fiables pour être publiées. La violence conjugale a en outre empêché plus de 25 % des femmes victimes de vaquer à leurs activités quotidiennes, conséquence qui a touché moins de 10 % des hommes victimes. Enfin, plus de 30 % des femmes ayant été victimes de violence conjugale ont dit craindre pour leur vie, mais seulement 5 % des hommes victimes.


F Trop peu fiable pour être publié.

1. Comprend seulement celles et ceux qui ont été blessés physiquement.

Comparativement aux victimes masculines, les victimes féminines de violence conjugale courent un risque deux fois plus grand d’être blessées physiquement, trois fois plus grand de voir leur vie quotidienne perturbée (comme de manquer des journées de travail) et près de sept fois plus grand de craindre pour leur vie.

Les effets documentés sur la santé physique et mentale comprennent des blessures permanentes, un risque accru de cancer et de maladie du cœur, la dépression, le syndrome de stress post-traumatique et le suicide.

Source : Statistique Canada, Enquête générale sociale de 2009. Exclus les données des Territoires du Nord-Ouest, du Yukon et du Nunavut.

Violence et harcèlement : le coût de la violence conjugale

Coûts économiques de la violence conjugale au Canada (Justice, 2012)

Coûts économiques de la violence conjugale au Canada (Justice, 2012)

[Version texe du graphique de les Coûts économiques de la violence conjugale au Canada (Justice, 2012)]

L’image montre un graphique circulaire illustrant la répartition des coûts économiques attribuables à la violence conjugale : environ 75 % des coûts sont supportés par les victimes; environ 10 % par l’appareil judiciaire et environ 15 % par d’autres parties.


On estime que les coûts économiques de la violence entre conjoints atteignent 7,4 milliards de dollars par année au Canada. La majorité des victimes sont des femmes.

Coûts pour les victimes

Coûts pour des tierces personnes

Coûts juridiques

Source : Zhang, Ting, Josh Hoddenbagh, Susan McDonald et Katie Scrim. Une estimation de l’incidence économique de la violence conjugale au Canada.

Date de modification: