Violence faite aux enfants

Tous les enfants ont le droit de grandir dans un milieu sûr, à l'abri de la violence physique, sexuelle ou émotionnelle, et sans crainte de souffrir de négligence. Voici quelques signes qui peuvent indiquer qu'un enfant est maltraité.

  • Ecchymoses (bleus), coupures, brûlures, cicatrices, entorses ou fractures inexpliquées.
  • « Accidents » fréquents, avec des explications douteuses.
  • Changements importants dans le comportement, comme le repli ou l'agressivité.
  • Exposition à d'autres formes de violence dans sa famille (par exemple, violence conjugale).
  • Peur des adultes s'exprimant par un mouvement de recul ou un sursaut en cas de contact physique inattendu.
  • Peur d'une personne en particulier, par exemple une ou un adulte de sa famille.
  • Fugues et refus de rentrer à la maison.
  • Maladies à répétition.
  • Perte ou prise de poids soudaine.
  • Augmentation des problèmes de comportement à l'école.
  • Connaissances inhabituelles en matière de sexualité étant donné l'âge de l'enfant.
  • Jeux sexuels inappropriés, y compris avec des jouets, avec son propre corps ou avec d'autres ou, encore, démonstration explicite d'actes sexuels.
  • Signes externes, comme de la difficulté à marcher ou à s'asseoir.
  • Comportements autodestructeurs.

Les provinces et territoires ont tous des lois obligeant quiconque croit qu'un enfant est maltraité à le signaler. Vous n'aurez pas d'ennuis pour avoir signalé un cas si vous aviez des raisons de croire que l'enfant était maltraité, et ce, même s'il s'avère que vous aviez tort.

Si vous croyez qu'un enfant est maltraité, composez le 9-1-1 ou, encore, téléphonez à la police ou aux services locaux de protection de l'enfance.

Date de modification :