À propos de la violence dans les fréquentations

Prenez au sérieux les relations amoureuses des ados

Ne sous-estimez pas l'intensité des sentiments des jeunes et ne minimisez pas non plus l'importance de leurs relations. Sachez que les adolescents peuvent, autant que les adolescentes, être victimes de violence — psychologique, corporelle et sexuelle — dans leurs relations amoureuses.

Soyez à l'affût des signes avertisseurs

Les jeunes sont très loyaux envers leurs pairs. La majorité des jeunes victimes ne parlent pas à leurs parents de la violence qu'elles ou ils subissent dans leurs relations amoureuses. Les jeunes idéalisent souvent leurs relations et intériorisent la faute. Certains signes avertisseurs sont évidents, comme les ecchymoses (bleus) et les autres blessures, mais d'autres sont plus subtils. Portez attention si votre ado montre souvent des signes de contrariété, de tristesse ou de colère.

Les signes avertisseurs peuvent également comprendre : des changements soudains de comportement et des sautes d'humeur extrêmes, une dépression persistante, une diminution des performances scolaires, l'abandon d'activités, un comportement autodestructeur ou une propension à prendre des risques, l'abus de drogues ou d'alcool, l'apparition de troubles de l'alimentation et une aliénation soudaine de ses pairs ou de membres de la famille.

Enseignez aux jeunes à reconnaître les signes de danger

Pourrait être victime de violence la ou le jeune qui :

  • croit qu'une relation est essentielle à son bonheur;
  • laisse tomber des amitiés ou des activités qui l'intéressent pour l'être aimé;
  • a peur de donner son opinion;
  • accepte ou excuse un comportement inacceptable chez la personne aimée;
  • croit que la jalousie et la possessivité sont des signes d'amour.

Se livre peut-être à la violence la ou le jeune qui :

  • utilise les menaces, l'intimidation, la critique ou la moquerie pour contrôler une relation;
  • se fâche facilement ou accepte très mal la défaite;
  • tente de justifier un comportement violent;
  • montre une jalousie excessive ou cherche à limiter les contacts de la personne fréquentée avec d'autres.

Si votre ado vous avoue être dans une relation violente

  • croyez votre ado, écoutez sans porter de jugement;
  • reconnaissez que vos propres sentiments sont différents des siens;
  • acceptez que votre capacité d'aider a des limites et accompagnez votre ado dans sa recherche de ressources appropriées;
  • discutez des options (counseling, signalement à la police, dépôt d'accusations, besoins médicaux, etc.);
  • soutenez les décisions de votre ado, mais laissez-lui les rênes de la situation.

Si vous croyez que votre ado est victime de violence, mais êtes incapable de l'amener à vous en parler, vous pouvez l'encourager à s'adresser à un autre adulte de confiance, par exemple la conseillère ou le conseiller en orientation de son école ou, encore, votre médecin de famille.

Notes sur les sources :

Adapté du contenu apparaissant du site Web de la Croix-Rouge canadienne (http://www.croixrouge.ca/article.asp?id=7981&tid=030).

Date de modification :