Introduction à l'ACS+

Cherchons-nous à atteindre l’équité ou l’égalité?

Nous examinons le sexe, le genre ainsi que d’autres facteurs identitaires tels que la race, l’origine ethnique, la religion, l’âge ou le fait de vivre avec un handicap de nature physique ou intellectuelle pour pouvoir poser des gestes qui promeuvent l’égalité. Ne pas tenir compte de ces facteurs peut contribuer à accroître les inégalités. De plus, les termes égalité et équité sont souvent confondus.

Transcription de la vidéo

Transcription de la vidéo

Égalité et équité

NARRATEUR : Il est beaucoup question d’égalité des sexes ces temps-ci au Canada. Que signifie l’égalité dans les faits? Comment peut-on la réaliser? S’agit-il de traiter tout le monde de la même façon?

apparaissent un bureau, puis un ordinateur de bureau sur l’écran duquel est affiché le logo de l’ACS+. Les titres suivants sortent de l’écran d’ordinateur :
« La diversité et l’égalité entre les sexes nécessitent un changement de culture, selon une spécialiste. »
« Les groupes de femmes recommandent vivement l’adoption de la représentation proportionnelle. »
« Le cabinet paritaire du Canada fait les manchettes dans le monde entier et dans les médias sociaux. »
TEXTE À L’ÉCRAN –
L’ÉGALITÉ
COMMENT PEUT-ON LA RÉALISER?
MÊME FAÇON?

Beaucoup d’entre nous ont vu des variantes de cette illustration qui compare l’égalité et l’équité.

Deux illustrations s’affichent sur l’écran de l’ordinateur. Dans chaque illustration se trouvent trois personnages-allumettes de tailles différentes qui tentent de regarder des feux d’artifice derrière une clôture. Dans la première illustration, chaque personnage est juché sur une caisse, mais seul le plus grand peut voir les feux d’artifice par-dessus la clôture. Le mot « L’ÉGALITÉ » apparaît au-dessus de l’illustration. Dans la deuxième illustration, le plus grand personnage est juché sur une caisse; le deuxième, de taille moyenne, est juché sur deux caisses; et le plus petit, sur trois caisses. De cette façon, leurs têtes sont à la même hauteur et les trois personnages peuvent voir les feux d’artifice par-dessus la clôture. Le mot « L’ÉQUITÉ » apparaît au-dessus de l’illustration.

Ces notions sont apparentées, mais pas identiques.

La caméra se déplace pour offrir une vue plongeante du bureau.

Dans cette scène, toutes les personnes sont aidées de la même façon; on suppose donc qu’elles retireront le même bénéfice. C’est ce qu’on entend par le terme « égalité de traitement ».

Une feuille de papier flotte quelques secondes dans les airs et atterrit sur le bureau. On peut voir sur cette feuille les mêmes trois personnages-allumettes. Chacun marche en portant une caisse. Parvenus à l’endroit voulu, tous trois laissent tomber leur caisse et sautent dessus. Seul le plus grand des trois parvient à voir par-dessus la clôture. On entend le clic d’un appareil-photo, accompagné par l’éclair d’un flash, et l’animation se fige sur le papier. Les mots ÉGALITÉ DE TRAITEMENT apparaissent ensuite au bas de la feuille de papier.

On a le sentiment que les choses sont justes quand il y a équité. L’équité exige souvent un traitement différent.  Chaque personne est aidée d’une façon différente afin de pouvoir profiter également de la vue. Chacune reçoit un traitement équitable.  Cette scène illustre le principe d’équité.

Une deuxième feuille de papier atterrit sur le bureau. Les deux personnages les plus petits descendent de leur caisse afin d’en empiler d’autres par-dessus. Le plus grand se tient toujours sur une seule caisse, mais le deuxième, de taille moyenne, est maintenant juché sur deux caisses et le plus petit des trois, lui, se tient debout sur trois caisses. Ainsi, leurs têtes sont toutes à la même hauteur et les trois personnages peuvent voir les feux d’artifice par-dessus la clôture. On entend le clic d’un appareil-photo, accompagné par l’éclair d’un flash, et l’animation se fige sur le papier. Le mot ÉQUITÉ apparaît ensuite au bas de la feuille.

Dans cette scène, l’obstacle systémique qui gênait la vue a été enlevé. Les personnes peuvent toutes voir sans aide ou mesures d’adaptation. Cette scène illustre ce qu’est l’égalité véritable.

Une troisième feuille de papier atterrit sur le bureau. Cette fois, la clôture disparaît, et de même les caisses sur lesquelles se tenaient les trois personnages-allumettes. Maintenant, les trois peuvent voir les feux d’artifice sans l’aide des caisses. On entend le clic d’un appareil-photo, accompagné par l’éclair d’un flash, et l’animation se fige. Les mots L’ÉGALITÉ VÉRITABLE apparaissent ensuite au bas de la feuille.

L’égalité des sexes signifie que les personnes, indépendamment de leur sexe ou de leur genre, bénéficient de conditions égales pour exercer leurs droits fondamentaux.

La caméra survole une tablette tactile qui est posée sur le bureau. Une main allume la tablette. L’image qui apparaît sur l’écran montre des mains levées de diverses couleurs. Les mots DROITS FONDAMENTAUX s’affichent au-dessus de la tablette.

Ces personnes participent à part égale à la vie dans leur foyer, leur communauté et leur société.

Une main balaie l’écran de la tablette pour révéler une nouvelle image : on peut y voir une communauté composée de diverses personnes, derrière lesquelles on aperçoit des maisons et un paysage urbain.

Tout le monde ne vit pas de la même façon une situation donnée par exemple l’accès aux services et à l’emploi La main balaie de nouveau l’écran de la tablette pour révéler le texte suivant : TOUT LE MONDE NE VIT PAS DE LA MÊME FAÇON UNE SITUATION DONNÉE
L’image sur la tablette se transforme en icône et celle-ci montre une personne recevant l’aide d’une autre à un poste de service. Le mot SERVICES apparaît au-dessus de la tablette.
Une nouvelle icône vient remplacer la précédente sur la tablette. Elle montre une personne étendue sur une civière d’hôpital et recevant l’aide d’un professionnel de la santé. Le mot L’EMPLOI apparaît au-dessus de la tablette.
ou l’expérience de la violence. 

L’image se transforme à nouveau et on peut voir maintenant l’icône d’une personne en détresse. Les mots L’EXPÉRIENCE DE LA VIOLENCE apparaissent au-dessus de la tablette.

Les obstacles peuvent être structurels ou non, voulus ou accidentels.

Sur l’écran d’un ordinateur de bureau, un groupe de personnages-allumettes apparaît derrière une barrière de passage à niveau. Une boîte contenant les mots OBSTACLES SYSTÉMIQUES apparaît au-dessus des personnages-allumettes. Les mots suivants s’affichent autour de la boîte : STRUCTURELS, NON STRUCTURELS, VOULUS, ACCIDENTELS

Comment pouvons-nous reconnaître et éliminer les obstacles systémiques?

Tous les éléments glissent vers le bas et disparaissent de l’écran, à l’exception du groupe de personnages-allumettes, qui reste un peu plus longtemps à l’écran avant de disparaître.

L’analyse comparative entre les sexes plus, ou ACS+, Le logo de l’ACS+ apparaît et s’anime à l’écran. est une méthode qui permet d’évaluer l’effet qu’une initiative pourrait avoir sur différents segments de la population. 

Un escalier de trois marches s’affiche. Un personnage-allumette tenant un porte-document monte l’escalier. Au sommet de l’escalier, un autre personnage émerge du sol en tenant une canne. Un troisième personnage-allumette monte l’escalier. Un quatrième personnage pousse devant lui une poussette, puis s’arrête au bas de l’escalier et regarde vers son sommet.
TEXTE À L’ÉCRAN –
RASSEMBLER DE L’INFORMATION apparaît sur la contremarche de la marche supérieure.
LA FAÇON DONT CERTAINS GROUPES apparaît sur la contremarche de la marche du milieu.
VIVENT DIFFÉREMMENT UNE MÊME SITUATION apparaît sur la contremarche de la marche inférieure.

Le « plus » signifie ici que l’analyse va au-delà du sexe et du genre, et comprend l’examen de nombreux autres facteurs identitaires.

Le logo de l’ACS+ apparaît à l’écran et son symbole d’addition se met à tournoyer. Il est remplacé par un signe d’addition différent. Plusieurs lignes d’intersection se mettent à rayonner depuis le centre du signe. Les mots “sexe” et “genre” s’affichent ensuite sur la branche horizontale du signe.
TEXTE À L’ÉCRAN – Les mots suivants émergent du centre et s’envolent de chaque côté du signe : AU-DELÀ, L’EXAMEN, FACTEURS IDENTITAIRES

De multiples facteurs identitaires se recoupent pour faire de chaque personne ce qu’elle est. L’équité et l’égalité ne concernent pas seulement le sexe.

Quatre nouvelles lignes sont ajoutées au signe plus pour en faire une roue. Chaque rayon de la roue porte un mot différent, soit : lieu de résidence, culture, revenu, orientation sexuelle, scolarité, race, origine ethnique, religion, âge, handicap.
La caméra survole la tablette qui est posée sur le bureau. Une main allume la tablette.

Éliminer les obstacles pour un segment particulier de la population peut en fin de compte aider beaucoup de gens. Pensez, par exemple…

  • aux versions de documents en gros caractères pour les personnes qui ont une déficience visuelle;Sur l’écran de la tablette apparaît l’image d’une feuille de papier portant la mention GROS CARACTÈRES. Les mots DOCUMENTS EN GROS CARACTÈRES apparaissent au-dessus de la tablette.
  • aux uniformes qui permettent le port de vêtements religieux;La main balaie l’écran de la tablette. Les mots SIGNES RELIGIEUX apparaissent sur l’écran de la tablette et sont entourés d’icônes représentant des lieux de culte et des personnes portant différents signes religieux. Les mots UNIFORMES ADAPTABLES apparaissent au-dessus de la tablette.
  • aux toilettes familiales pour les parents accompagnés de jeunes enfants; La main balaie l’écran de la tablette et une nouvelle image y apparaît. On voit un panneau pour toilettes familiales à côté d’une porte qui s’ouvre. Les mots TOILETTES FAMILIALES s’affichent au-dessus de la tablette.
  • des politiques de congé parental flexibles. La main balaie une fois de plus l’écran de la tablette. L’image qui apparaît montre un personnage masculin tenant un bébé. Les mots CONGÉ PARENTAL FLEXIBLE apparaissent au-dessus de la tablette.

Chacune et chacun d’entre nous a des préjugés qui peuvent nuire à notre capacité d’évaluer quand des mesures sont nécessaires pour assurer l’équité. C’est là toute l’utilité de l’ACS+. Elle nous permet de mettre de côté nos suppositions et de réfléchir objectivement aux conditions de vie de personnes d’horizons divers ainsi qu’aux différents effets que peuvent avoir sur elles les politiques et les programmes. En prenant maintenant des mesures qui favorisent l’équité, nous pourrons jouir d’une société vraiment égalitaire à l’avenir.

Sur le bureau apparaît une feuille de papier nous montrant les trois personnages-allumettes du début. Chacun est juché sur une caisse, mais seul le plus grand des trois peut voir les feux d’artifice par-dessus la clôture. Les deux personnages les plus petits descendent de leur caisse afin d’en empiler d’autres par-dessus. Le plus grand se tient toujours sur une seule caisse, mais le deuxième, de taille moyenne, est maintenant juché sur deux caisses et le plus petit des trois, sur trois caisses. Ainsi, leurs têtes sont toutes à la même hauteur et les trois personnages peuvent voir les feux d’artifice par-dessus la clôture. La clôture et les caisses disparaissent alors. Les trois personnages peuvent voir les feux d’artifice sans avoir besoin des caisses. Enfin, un quatrième personnage-allumette apparaît, celui-là en fauteuil roulant, et serre la main du plus grand des trois.
TEXTE À L’ÉCRAN - ÉQUITÉ

Visitez le site de Condition féminine Canada et consultez l’outil de travail Démystifier l’ACS+ sur GCpédia.

Les personnes à l’extérieur de la fonction publique du Canada peuvent communiquer avec nous pour obtenir plus de renseignements.