Lauréates de 1980

Germaine Bellemare-Goudreault
Nicolet (Québec)

Germaine Bellemare-Goudreault a fait un apport important aux mouvements humanitaires et sociaux dans sa propre ville, dans sa région et dans sa province. Elle a servi la cause de l'amélioration de la femme dans les collectivités rurales et a oeuvré dans le domaine de l'éducation au Québec.

Ella Manuel
Bonne Bay (Terre-Neuve)

Ella Manuel est un écrivain qui s'est addressée principalement aux enfant, visant à les sensibiliser aux questions sociales. Rédactrice et recherchiste à Radio-Canada, elle a présenté à la Commission royale d'enquête sur la situation de la femme un mémoire sur la solitude et l'isolement que connaissent les femmes de Terre-Neuve et du Labrador.

Elizabeth Monk
Montréal (Québec)

Elizabeth Monk a été une combattante infatigable dans la lutte pour les droits de la femme, en particulier dans la province de Québec. En 1942, elle et une collègue ont été les premières femmes admises au barreau du Québec. Elle a été conseillère juridique de la Ligue pour les droits de la femme et fait pression pour obtenir le droit de vote pour les femmes, qui a été accordé en 1940 dans la province.

Agnes Semmler
Inuvik (Territoires du Nord-Ouest)

Agnes Semmler a fait du travail de pionnière pour faire reconnaître la participation des autochtones aux affaires communautaires, régionales et nationales. En 1975, elle a été la première autochtone du Nord nommée juge de paix.

Sophie Steadman
Ottawa (Ontario)

Sophie Steadman a consacré sa vie entière à l'amélioration de la situation de la femme. Elle a exercé de vigoureuses pressions pour la création de la Commission canadienne des droits de la personne et du Conseil consultatif canadien de la situation de la femme. Elle a été membre du bureau de direction de divers organismes féminins nationaux.

Date de modification :