Lauréates de 1995

Marthe Asselin Vaillancourt
Jonquière (Québec)

Depuis plus de vingt ans, elle milite activement pour la prévention de la violence faite aux femmes, aux enfants et aux personnes âgées, en sa qualité d'éducatrice, de chercheure, de défenseure et d'activiste communautaire. Elle a été coprésidente du Comité canadien sur la violence faite aux femmes et elle est directrice du Centre d'aide aux victimes d'actes criminels, qui est né d'un projet pilote qu'elle a mis sur pied de concert avec la Sûreté du Québec pour lutter contre la violence envers les femmes.

Dre May Cohen
Burlington (Ontario)

Promotrice de premier plan de la nécessité de se pencher sur les questions spécifiques aux sexes en médecine, le Dre Cohen a maintes fois contesté la façon dont la profession médicale traite les problèmes de santé des patientes et le rôle que jouent les femmes médecins. Elle est actuellement vice-doyenne des sciences de la santé à l'Université McMaster. Elle se distingue par le vif intérê;t qu'elle porte aux questions de santé des femmes et par ses efforts visant à favoriser l'égalité des sexes dans le milieu médical.

Ruth Flowers
Makkovik (Labrador)

Fermement résolue à améliorer la qualité de vie des femmes, elle exprime les besoins et les aspirations des femmes de la côte nord du Labrador. En tant que première femme maire de sa collectivité, et de présidente fondatrice d'« Inuit Women of the Torngats », elle s'évertue à protéger les femmes victimes de violence, à faire participer les femmes au développement économique et à promouvoir la culture traditionnelle des femmes inuites.

Sheila Kingham
Victoria (Colombie-Britannique)

Elle est une ardente protectrice des femmes des régions rurales, et les efforts qu'elle déploie pour obtenir l'égalité politique, sociale et économique des femmes sont caractérisés par son aptitude à encourager et à responsabiliser les autres. En sa qualité de coordonnatrice rurale du Comité d'action du Manitoba sur la situation de la femme, elle a donné naissance au mouvement des femmes dans les collectivités rurales, de façon à doter les femmes du courage et des moyens voulus pour travailler collectivement à l'atteinte de leurs buts.

Carolyn G. Thomas
Dartmouth (Nouvelle-écosse)

Motivatrice et chef de file des efforts visant à accroître les possibilités offertes aux femmes de race noire dans le secteur de l'emploi, en affaires, au sein d'organisations et dans la collectivité, cette championne des droits de la personne a contribué à l'établissement de la Commission des droits de la personne de la Nouvelle-écosse. Elle est l'une des fondatrices de la Société historique Mary Preston, vouée à la mise en valeur des contributions historiques et contemporaines des femmes.

Alice E. Tyler
Edmonton (Alberta)

Elle consacre son talent artistique à l'avancement des femmes en s'évertuant, dans la mesure du possible, à représenter leur contribution à la société. L'un des thèmes centraux de son oeuvre a été de faire le portrait des cinq femmes célèbres qui se sont faites les championnes de l'affaire « personne », et de promouvoir les idéaux qu'elles poursuivaient en défendant les droits des femmes.

Date de modification :